Modifié le 19 mai 2016

Trente personnes sont chargées de surveiller Wikipédia à la Confédération

L'encyclopédie collaborative Wikipédia a fêté ses 15 ans en 2015.
L'encyclopédie collaborative Wikipédia a fêté ses 15 ans en 2015. [Christian Beutler - KEYSTONE]
La Confédération mandate 30 collaborateurs pour surveiller ce qui est écrit sur Wikipédia à propos de l'administration fédérale, a indiqué le Conseil fédéral jeudi.

Le gouvernement n'a pas d'objection à ce que les informations de Wikipédia sur l'administration soient corrigées. Il est d'intérêt public que les informations publiées soient correctes, note jeudi le gouvernement en réponse à une interpellation du conseiller national Franz Grüter (UDC/LU).

En général, les corrections sont faites par des personnes spécialement mandatées. Le Département fédéral de justice et police n'en a pas, la Chancellerie et le Département fédéral des finances chacun une.

La Défense en force

Deux personnes ont été mandatées par le Département fédéral des affaires étrangères, 3 par celui de l'économie, 4 par par celui de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication et 6 par celui de l'intérieur (DFI).

Le Département fédéral de la défense compte 13 "surveillants", dont 3 peuvent modifier des articles. Ces personnes passent 40 heures par an à feuilleter l'encyclopédie en ligne, contre moins de 20 heures pour le DFI et moins de 10 heures pour les autres départements.

ats/cab

Publié le 19 mai 2016 - Modifié le 19 mai 2016

Aussi des corrections anonymes

La Chancellerie fédérale et les départements fédéraux modifient les articles à titre d'utilisateur enregistré, avec des comptes Wikipédia qui font état de l'appartenance à l'administration fédérale. Mais il peut arriver que les employés agissent à titre personnel.

9107 modifications ont été apportées depuis mai 2005 par des utilisateurs anonymes du réseau de l'administration fédérale. Ce chiffre correspond à 2,3 modifications par jour, ce qui n'est pas préoccupant sur un total de 37'000 employés fédéraux, estime le Conseil fédéral.

La plupart des corrections étaient marginales: 38,6 % comportent de 0 à 10 signes et 34,7 % de 11 à 100 signes. Seules 392 modifications comportent plus de 1000 signes.