Modifié

"Les entreprises de service public doivent pouvoir faire des bénéfices"

Doris Leuthard. [Peter Schneider - key]
L'initiative sur le service public inquiète Doris Leuthard / Forum / 14 min. / le 10 mai 2016
La conseillère fédérale Doris Leuthard a expliqué mardi soir dans l'émission Forum pourquoi elle rejetait l'initiative "En faveur du service public" en votation le 5 juin prochain.

Avec leur texte, quatre magazines de consommateurs - dont Bon à savoir en Suisse romande - souhaitent encadrer de manière stricte les activités de La Poste, des CFF et de Swisscom.

A l'instar de l'ensemble des partis et des 246 parlementaires fédéraux, Doris Leuthard combat cette initiative. "Celle-ci soutient que le service public n'est pas de bonne qualité et qu'il coûte trop cher, or ce n'est vraiment pas le cas. Je ne connais aucun pays du monde qui offre un service de base aussi bon que celui de la Suisse", a-t-elle martelé sur les ondes de la RTS.

"Une entreprise doit envisager un but lucratif"

"J'accepte la critique de la part des clients (...) mais si on regarde les CFF par exemple, on voit qu'on n'a jamais eu une offre aussi grande", a ajouté la ministre en charge du Département de l’énergie, des transports, des communications et de l’environnement (DETEC). Quant aux retards des trains, Doris Leuthard les relativise: "Il y a 90% des trains qui arrivent avec moins de 3 minutes de retard sur une année".

Alors que les initiants demandent que les bénéfices ne soient plus reversés aux caisses de la Confédération et qu'ils soient maintenus au sein des entreprises, notamment en vue de nouveaux investissements, la conseillère fédérale ne se dit pas convaincue: "Swisscom (réinvestit déjà ses bénéfices dans le développement) du réseau de fibres optiques, avec plus de 1,7 milliard de francs chaque année. Si une entreprise ne peut plus envisager de but lucratif, comment inciter les collaborateurs à être plus efficaces, améliorer les services et faire baisser les prix?"

"Des salaires plus élevés que dans le service public, c'est normal"

L'initiative "En faveur du service public" aimerait que les entreprises publiques adaptent leur grille salariale à celle de l'administration fédérale. Une mesure que la ministre juge inadéquate.

"Ces entreprises se trouvent dans des marchés qui sont beaucoup plus dynamiques et internationaux, les salaires doivent donc s'y adapter. Je n'ai rien contre le fait que ces salaires soient plus élevés que ceux du Conseil fédéral", explique-t-elle.

>> L'analyse du spécialiste Matthias Finger dans Forum:

Matthias Finger, professeur de management des infrastructures à l'EPFL. [Youtube/Swissgrid/EPFL]Youtube/Swissgrid/EPFL
La conception du service public peut varier selon les pays et les cultures / Forum / 6 min. / le 10 mai 2016

hend

Publié Modifié