Modifié le 20 avril 2016 à 13:29

En cas de crise migratoire, la Suisse devra pouvoir mobiliser 2000 soldats

Des soldats prêteront main forte aux gardes-frontière en cas d'arrivée massive de migrants aux portes de la Suisse.
L’armée n’interviendra aux frontières qu’en cas de flux migratoire extrême Le 12h30 / 1 min. / le 20 avril 2016
Environ 2000 soldats devront être disponibles pour aider les gardes-frontière en cas d'arrivée massive de migrants en Suisse. Le Conseil fédéral a chargé mercredi le Département de la défense (DDPS) de se préparer à ce scénario.

Jeudi dernier, la Confédération, les cantons, les villes et les communes ont adopté le plan d'urgence pour le domaine de l'asile. Il prévoit trois scénarios et répartit les tâches entre les acteurs.

L'armée n'interviendrait que dans le troisième cas, qui prévoit 30'000 entrées irrégulières sur le territoire suisse en l'espace de quelques jours. Elle pourra toutefois apporter son aide aux gardes-frontière si nécessaire, lors d'une menace terroriste considérable par exemple.

>> Lire: Les autorités se préparent à une situation d'urgence en matière d'asile

Bataillon prêt "au cas où"

Le DDPS doit également prévoir la mobilisation d'un bataillon supplémentaire (700 soldats) en cas d'événements graves. Ils viendraient en soutien aux autorités civiles. La sécurité militaire pourrait intervenir en appui des gardes-frontière. De plus, des soldats pourraient renforcer la protection des ambassades étrangères.

Le Conseil fédéral précise qu'il ne juge pour l'heure ce scénario pas nécessaire. Mais il veut assurer de pouvoir, en cas de besoin, réagir rapidement. Il rappelle également qu'au plus fort de la crise du Kosovo en juin 1999, 9600 demandes d'asile ont été enregistrées.

ats/jgal

Publié le 20 avril 2016 à 12:43 - Modifié le 20 avril 2016 à 13:29

Prévisions difficiles en raison d'un contexte volatil

En mars, 1992 demandes ont été enregistrées, soit près d'un quart en moins par rapport à février, selon le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM).

En raison d'un contexte international volatil, il reste difficile d'effectuer des prévisions fiables pour l'année 2016. Le SEM table sur un nombre de demandeurs "pas inférieur" à celui de l'année dernière, durant laquelle près de 40'000 demandes d'asile ont été déposées en Suisse.