Modifié

"Il faut se préparer à un nombre très important de demandes d'asile cet été"

Mario Gattiker: "On peut s'imaginer qu'en été nous compterons en Suisse plusieurs milliers de réfugiés mais il y aura toujours des fluctuations." [RTS]
Mario Gattiker: "On peut s'imaginer qu'en été nous compterons en Suisse plusieurs milliers de réfugiés mais il y aura toujours des fluctuations." / Infrarouge / 1 min. / le 16 mars 2016
Invité de l'émission Infrarouge, le secrétaire d'Etat aux migrations Mario Gattiker n'a pas voulu se montrer alarmiste concernant l'afflux de migrants en Suisse, mais n'exclut pas 10'000 arrivées par mois cet été.

Alors que la Suisse a enregistré 6333 demandes d'asile sur les deux premiers mois de 2016 (contre 2989 sur la même période l'an dernier), Mario Gattiker a concédé mercredi sur la RTS que le pays pourrait, comme d'autres en Europe, "renforcer la surveillance à ses frontières, si l'ordre public l'exigeait".

"La Suisse doit se préparer à accueillir plusieurs milliers de migrants, durant les mois d'été notamment", a-t-il annoncé, évoquant une situation similaire à celle en Autriche. "Dix mille demandes par mois en été? Ce n'est pas exclu", a précisé Mario Gattiker. "Cela dépend du développement des flux migratoires. Si on a une concentration de ces flux en Italie, c'est probable, mais ce scénario n'est pas assuré."

120'000 demandes, "un chiffre fantaisiste"

Le secrétaire d'Etat aux migrations s'est toutefois refusé de confirmer le scénario de 120'000 demandes d'asile attendues en 2016, évoqué dans la presse dominicale. "C'est un chiffre fantaisiste", a-t-il lancé. Il table néanmoins sur "au moins le même nombre qu'en 2015 (39'000)", tout en préparant divers scénarios: "c'est ce que nous faisons en étroite collaboration avec les cantons".

>> L'intégralité de l'émission

Migrants: à quoi doit-on se préparer? [RTS]
Migrants: à quoi doit-on se préparer? / Infrarouge / 64 min. / le 16 mars 2016

Esther Mamarbachi/David Berger/fme

Publié Modifié

"Les cantons ne sont pas prêts", selon Mauro Poggia

Pour le conseiller d'État genevois Mauro Poggia, qui s'exprimait lui aussi dans l'émission Infrarouge, les cantons ne sont pas prêts à recevoir un grand contingent de réfugiés.

"Les quotas de répartition au niveau des cantons ont été décidés avant cette grande vague de migrations. Une répartition en fonction seulement du nombre d'habitants n'est plus supportable", a-t-il affirmé.

Et d'ajouter que "la Confédération doit enfin prendre ses responsabilités et ne pas seulement regarder les cantons régler le problème."