Modifié

La Confédération licencie l'ex-ambassadrice de Suisse au Venezuela

L'ambassadrice Sabine Ulmann Shaban. [(Assemblea Nacional Venezuela)]
Série noire au sein de l'ambassade suisse au Venezuela / Forum / 3 min. / le 15 mars 2016
L'ex-ambassadrice de Suisse au Venezuela vient d'être licenciée par la Confédération, a appris mardi la RTS. Cette sanction intervient après une véritable série noire au sein de notre représentation à Caracas.

Le licenciement est contesté par l'ambassadrice concernée, Sabine Ulmann Shaban, qui a pris un avocat, selon des informations de la RTS.

Cette diplomate expérimentée a fait parler d'elle l'année dernière. Elle avait installé un grand panneau devant sa résidence officielle à Caracas dans lequel elle avertissait les joueurs du terrain de golf voisin que si une balle blessait ou tuait quelqu'un, ils violeraient la convention de Vienne et donc la territorialité suisse.

Une affiche avertissant les joueurs du terrain de golf voisin de l'ambassade de Suisse au Venezuela. [Jorge Dan Lopez - reu]Une affiche avertissant les joueurs du terrain de golf voisin de l'ambassade de Suisse au Venezuela. [Jorge Dan Lopez - reu]

Des motifs graves

Ce n'est pas pour cette histoire que l'ambassadrice a été licenciée. Les motifs sont plus graves, comme l'a expliqué mardi le chef de la diplomatie Didier Burkhalter dans l'émission Forum, parlant de manquement aux obligations professionnelles. Les vraies raisons ne sont pas publiques pour l'instant.

Mais l'annonce de cette sanction, il y a une dizaine de jours, a fait sensation à l'interne. Car d'autres dérapages ont déjà eu lieu mais ils n'ont pas débouché sur un licenciement.

La mission suisse au Venezuela a en effet connu trois départs en trois ans. Cette série noire a d'ailleurs valu à Didier Burkhalter d'être interpellé par le conseiller national Roland Büchel. L'UDC saint-gallois, président de la Commission de politique extérieure, trouve qu'on ne peut plus parler de cas isolé quand les trois derniers chefs de mission ont fait "scandale" chacun à leur manière.

Des scandales à répétition

Tout a commencé par la rupture explosive entre l'ambassadeur Markus Alexander Antonietti et une Vénézuélienne. Celle-ci a manifesté sous les fenêtres de l'ambassade suisse, hurlant à la violence conjugale. Des photos et des vidéos ont circulé jusqu'à Berne. Muté à Prague, l'ambassadeur s'est dit victime d'une femme déséquilibrée.

Sabine Ulmann Shaban a été envoyée à Caracas pour prendre le relais, avant d'être renvoyée l'année dernière.

Dépêché à Caracas il y a six mois à peine, l'ambassadeur Bénédict de Cerjat a dû rentrer le mois dernier à Berne. Dans son cas, c'est le Venezuela qui l'a décrété persona non grata au prétexte qu'il a relayé un article critique sur le régime sur son compte twitter.

Ludovic Rocchi

Publié Modifié