Modifié le 15 mars 2016 à 15:16

"La guerre contre la drogue est un échec, il faut plutôt réglementer"

"La guerre à la drogue est un échec"
"La guerre à la drogue est un échec" L'actu en vidéo / 0 min. / le 15 mars 2016
Olivier Guéniat, chef de la police judiciaire neuchâteloise, estime qu'il faut arrêter le modèle prohibitif pour lutter contre la drogue et opter plutôt pour une régulation basée sur la dépénalisation.

"La dépénalisation permettrait d'enrayer le marché noir." Criminologue et chef de la police judiciaire neuchâteloise, Olivier Guéniat est clair: pour lui, la seule manière de réduire la consommation de drogue - et par conséquent son coût social - est de la réglementer.

"Si on veut obtenir des résultats, il faut arrêter le modèle prohibitif, parce qu'on l'a vu, la guerre contre la drogue est un échec", affirme-t-il sur les ondes de la RTS.

"Vision dépassée"

Estimant que la loi sur les stupéfiants, qui date des années 1950, est dépassée et qu'il faut revoir la vision du monde sur la drogue, Olivier Guéniat prend pour exemple l'alcool. "Des études montrent que l'alcool est plus dangereux que certains psychotropes, mais il est autorisé et réglementé. Pourquoi pas les drogues?"

Selon lui, si certains psychotropes s'obtiennent de manière légale - à l'instar de la proposition de la Ville de Berne de vendre du cannabis en pharmacie - "les taxes perçues permettraient d'améliorer la prévention et, par conséquent, de réduire la consommation".

vkiss

>> Voir l'entretien complet:

L'invité de la rédaction - Olivier Guéniat
L'invité de la rédaction - Publié le 15 mars 2016

Publié le 15 mars 2016 à 08:11 - Modifié le 15 mars 2016 à 15:16