Modifié

L'initiative UDC sur le renvoi des criminels étrangers refusée à 58,9%

Initiative UDC sur le renvoi des étrangers criminels. [Carlo Reguzzi - Keystone/Ti-Press]
Initiative UDC sur le renvoi des étrangers criminels. [Carlo Reguzzi - Keystone/Ti-Press]
Les criminels étrangers ne seront pas expulsés automatiquement selon les modalités de l'UDC. Les Suisses ont refusé dimanche par 58,9% l'initiative dite de mise en oeuvre. Seuls six cantons l'ont soutenue, Tessin en tête. La Suisse romande a dit non.

Arguant qu'il fallait enfin appliquer la volonté du peuple qui avait dit oui à 53% à son initiative sur le renvoi en 2010, l'UDC avait déposé son nouveau texte avant même que les Chambres fédérales aient bouclé la loi d'application du premier.

Le court-circuitage a braqué le reste de l'échiquier politique et la population s'est fortement mobilisée. Au final, quelque 1,97 million de votants ont glissé un "non" dans l'urne. Le camp du "oui" a réuni environ 1,37 million de personnes.

>> La carte des résultats commune par commune:

Non urbain et romand

Le "non" le plus sec est venu de Bâle-Ville (70,2%) devant Vaud (66,6%), Neuchâtel (65,3%) et Zurich (65%). Le Tessin a été le plus favorable avec 59,4% de "oui" et se retrouve dans le camp des perdants avec des petits cantons conservateurs (AI, SZ, OW, UR, NW).

Comme les cantons urbains alémaniques, la Suisse romande figure en bonne place dans la fronde anti-UDC. Genève a repoussé le texte à 64,5%, le Jura à 60,3%, Fribourg à 59,1% et le Valais à 55%. Berne à dit "non" à 59,9%.

ats/vkiss

>> Revivre la journée de votations minute par minute:

Initiative de l'UDC rejetée, oui au Gothard, texte sur la fiscalité des époux refusé de peu

Publié Modifié