Modifié

Dévoiler le casier judiciaire des futurs élus, une idée tessinoise qui inspire en Suisse romande

Les criminels restent-ils fichés? [laubelstockphoto - fotolia]
Les candidats aux élections doivent-ils fournir un extrait de casier judiciaire? / Le Journal du matin / 2 min. / le 24 février 2016
Alors que les candidats tessinois doivent fournir un extrait de leur casier judiciaire pour participer à une élection, ces conditions ne sont pas appliquées en Suisse romande. Certains partis ont toutefois décidé d'agir à l'interne.

Au Tessin, neuf candidats aux élections communales d'avril prochain font ou ont fait l'objet d'une condamnation judiciaire, selon la presse régionale. Les délits ont beau être mineurs - excès de vitesse, alcool au volant -, une loi cantonale exige la transparence.

La question est d'actualité dans les cantons de Vaud et de Fribourg, où la population s'apprête à renouveler ses élus communaux. Aucune loi ou règlement ne prévoit de vérifier les antécédents des potentiels élus. Certains partis ont décidé d'agir à l'interne en exigeant des garanties de la part de leurs candidats.

"Se prémunir contre les mauvaises surprises"

L'UDC vaudoise et fribourgeoise demande un extrait du casier judiciaire pour les élections cantonales et fédérales. Une pratique qu'elle préconise pour les élections communales. "C'est pour se prémunir contre les mauvaises surprises, y compris au niveau local", explique Roland Mesot, président de l'UDC Fribourg. L'objectif est d'éviter qu'une affaire concernant l'un des candidats ne sorte, dont le parti ne serait pas au courant. "Ca fait toujours tache", relève-t-il.

Cette préoccupation, d'autres partis la partagent. Le PLR vaudois demande un engagement écrit de la part de ses candidats. D'autres formations procèdent à des auditions, mais pour la grande majorité des partis, la confiance règne.

"Je pense que la confiance est là"

"Il y a une confiance qu'on doit avoir avec les candidats et réciproquement", estime Pascal Udry, président de l'Entente communale d'Echallens, une formation politique vaudoise indépendante. "Du moment qu'on fait campagne pour un candidat, cette relation de confiance doit bien évidemment s'établir (...) dans la grande généralité, je pense que la confiance est là."

Selon certains, cette confiance mériterait d'être renforcée par plus de transparence. Certaines sections UDC notamment lorgnent sur la solution tessinoise.

Michael Peuker/lgr

Publié Modifié