Modifié

"La défense de l’Europe doit redevenir une priorité pour la gauche"

Charles Beer. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
Charles Beer, ancien conseiller d'Etat socialiste / Forum / 1 min. / le 14 février 2016
A l’heure où l’espace Schengen se désagrège, l’ancien conseiller d’Etat socialiste Charles Beer plaide pour une Suisse européenne. La seule voie capable, selon lui, d'assurer la protection des travailleurs et de gérer la mondialisation économique. Tout comme la crise migratoire.

Alors que Bruxelles est sur le point d’autoriser à nouveau les contrôles aux frontières et que la Grande-Bretagne menace à son tour de quitter l'Union européenne, l'ancien conseiller d'Etat socialiste genevois Charles Beer, interrogé à Forum sur la RTS dimanche, plaide pour une Suisse européenne.

Seule la construction européenne sera, selon lui, capable de garantir la paix mais aussi l’emploi et la protection des travailleurs face à la globalisation économique.

Renforcement de Schengen

C’est également par un renforcement des accords de Schengen, et non leur progressif abandon, que les pays européens seront en mesure de gérer la crise migratoire (lire encadré).

Regrettant l’abandon par la gauche, suisse notamment, de l’idée européenne, Charles Beer analyse les rapports conflictuels historiques entre la mouvance internationaliste et les courants protectionnistes et souverainistes.

Laetitia Guinand

Publié Modifié

L'immigration en question

Le socialiste revient aussi sur la question de l'intégration, nécessaire mais "taboue", dans le cadre de l’immigration. Il défend la nécessité de ne pas basculer dans "l’angélisme", comme après les événements de Cologne, sous prétexte de lutter contre les tendances extrémistes qui rejettent les étrangers.

L’occasion pour Charles Beer de commenter la politique du gouvernement français de Manuel Valls, sur la question de la déchéance de la nationalité notamment. Mais pas question de comparer la gauche suisse avec le modèle français sur la question sécuritaire.