Modifié le 15 février 2016 à 08:59

Arnaque sur les vins et escroqueries, comment opérait Sébastien B.?

Alerte au rouge
Alerte au rouge Mise au Point / 13 min. / le 14 février 2016
Le Valaisan Sébastien B., soupçonné de plusieurs escroqueries notamment sur les vins, est visé pour gestion déloyale, abus de confiance et faux dans les titres. La RTS a mené l'enquête sur les détails de son mode opératoire.

"Sébastien B. avait un don pour le relationnel", explique un proche d’une victime présumée, "il savait se montrer chaleureux, attentif, séducteur au point de gagner l’entière confiance des gens". Il leur proposait notamment d’acheter des actions d’une start-up néerlandaise dont les prix varient, 200'000 francs pour l’un, 100'000 pour un autre. "Plusieurs clients vont jusqu’à hypothéquer ou même vendre des biens pour acheter ces actions", selon les dires de plusieurs sources. Le gestionnaire de fortune leur promettait des rendements importants.  

Sébastien B. a procédé ainsi avec des personnes d’un certain âge, qu’il invitait à des soirées. Musique classique, petits fours et champagne, les sources le confirment : "tout le monde était sous le charme de cet homme vif, drôle et charismatique".

Dans de nombreux cas, ce sont les proches de ces personnes d’un certain âge qui tirent la sonnette d’alarme. "Mais lorsque ces personnes s'inquiètent de ce que devient leur argent, Sébastien B. les rassure, les actions de la start-up ne cessent de grimper, il n’y a aucun souci à se faire", rapportent plusieurs sources.

Investissements sur les grands vins

Un autre volet concerne des investissements dans les grands vins. Sébastien B. aurait obtenu de plusieurs personnes d'importantes sommes d'argent pour financer l'achat de grands crus, avec la promesse d'importantes plus-values à la revente.

L’enquête de la RTS révèle notamment que Sébastien B. préparait un gros coup avant d’être arrêté en juillet dernier. Il aurait essayé d’acquérir un très important lot de 1500 bouteilles de Bourgogne Henri Jayer, parmi les plus chères du monde. Des bouteilles issues d’un fonds d'investissement japonais et dont la valeur assurée avoisine les 16 millions de francs, selon les informations obtenues par la RTS.

Cette dernière affaire concerne au moins trois des plaignants actuels. Le premier précise dans sa plainte qu'après une rencontre lors d'un repas à l'Hôtel de Ville à Crissier, Sébastien B. lui a paru comme "une personne hautement charismatique, chaleureuse et qu'on le sent animé par ses convictions."

Lors d'une autre rencontre, en juillet 2015, Sébastien B. lui fait comprendre qu'il est en train "d'organiser 'la vente du siècle' concernant des grands crus bourguignons, qui aurait lieu à Genève au mois de novembre 2015." Il lui confie qu'il est alors en train de réunir un important lot de crus Henri Jayer, d'un fonds de placement japonais. Et il lui propose d'investir dans la vente, pour bénéficier d’une plus-value intéressante. L’homme a donc accepté d'investir 400'000 francs dans cette opération.

Un autre plaignant, quant à lui, a signé un contrat précisant que Sébastien B. lui vendait 27 bouteilles du cru Henri Jayer, de différents millésimes, au prix de 100'000 francs. Lorsqu'il a appris que Sébastien B. avait été incarcéré, en juillet 2015, l'homme a tenté de récupérer son argent, sans succès. Il a déposé plainte pour escroquerie et abus de confiance.

Détention préventive

Fin juillet Sébastien B. est mis en détention préventive pour infraction sur le patrimoine. Pour de nombreuses familles la descente aux enfers commence. Elles découvrent le pot aux roses. Les pertes financières vont de plusieurs centaines de milliers de francs pour certains à des millions pour d’autres. "La perte financière est accablante, mes comptes sont vides", explique une personne plaignante. "A cela s’ajoute la blessure d’avoir été trahi par celui en qui nous avions entière confiance. Celui avec qui nous entretenions des liens de grande affection", raconte une autre source qui souhaite rester anonyme. 

Des dizaines de personnes ont déposé plainte, d’autres ne l’ont pas fait, bien que se retrouvant dans la même situation. Certains ont même encore l’espoir de récupérer leur argent. Ils attendent des explications de Sébastien B. Tous nous font part de la même consternation, incompréhension. 

Les derniers mois, toutes ses connaissances décrivent un homme stressé, toujours pressé, qui semblait avoir des problèmes de trésorerie. Il empruntait de l’argent d’un côté pour rembourser de l’autre. Promettait toujours de rembourser avec un intérêt. Des emprunts importants auprès des gens aisés et des sommes plus petites auprès des gens plus modestes. "Tout le monde lui prêtait, c’était basé sur la confiance", raconte une source.

Ce qui frappe dans cette affaire, ce sont les personnes touchées et leur nombre. Pour la plupart de riches familles, des personnes pourtant souvent rompues aux affaires. Avocat, médecin, pharmacien… Des personnes à première vue raisonnables, tombées sous le charme de ce quadragénaire décrit comme "bel homme, chaleureux, magnétique".

La procédure pénale s’annonce complexe. L’instruction ouverte pour escroquerie, gestion déloyale, abus de confiance et faux dans les titres notamment, dure déjà depuis plus de 6 mois. Elle ne devrait pas se terminer avant plusieurs mois encore. Le risque de collusion ayant été écarté, Sébastien B. a été libéré courant janvier. Contacté cette semaine, alors qu'il séjournait à Zermatt, Sébastien B. nous renvoie à son avocat, qui n'a pas répondu à nos sollicitations.

Gilles Clémençon/Claudine Gaillard Torrent

Publié le 14 février 2016 à 15:51 - Modifié le 15 février 2016 à 08:59

Qui est Sébastien B.?

"C’est un génie monstrueux" s’exclame une personne proche d’une victime présumée. Ce qui fascine dans cette affaire, c’est la capacité de persuasion et l’emprise que ce quadragénaire avait sur les gens.

Dessinateur en génie civil, issu d’un milieu modeste, Sébastien B. s’est vite intéressé à la bourse mais surtout au fonctionnement des gens. Son charisme et sa facilité relationnelle faisaient de lui une personne attachante de qui les gens se sentaient proches et en qui ils avaient toute confiance. A tel point qu’après sa mise en détention préventive, de nombreuses personnes se refusent à croire à une escroquerie. Beaucoup prennent sa défense, le disant victime lui-même de gens plus influents.

"C’est un manipulateur de génie", nous confie une source. "Il s’intéressait à vous, vous mettait au centre. Hommes et femmes étaient complètement sous son charme." Plusieurs personnes le considéraient comme un membre de la famille. "Il a la beauté du diable", lâche même un avocat.