Modifié

Face au virus Zika, Berne restreint les dons de sang des voyageurs

Une prise de sang. [Odilon Dimier / AltoPress / PhotoAlto  - afp]
Une prise de sang. [Odilon Dimier / AltoPress / PhotoAlto - afp]
Après Paris dimanche, Berne a décidé lundi que les voyageurs suisses revenant d'une zone touchée par le virus Zika devront attendre quatre semaines après leur retour pour donner leur sang.

"Cette durée de quarantaine, pendant laquelle nous ne prélevons pas de sang sur les personnes potentiellement affectées, est la même que pour toute autre maladie tropicale", a expliqué Rudolf Schwabe, directeur de Transfusion suisse.

"Cette mesure est plus simple et moins onéreuse que d'effectuer un test sur tous les échantillons sanguins concernés", a-t-il ajouté.

Prévention mondiale

Cette mesure s'inscrit dans un contexte de prévention mondiale. Mercredi, les autorités canadiennes avaient annoncé une suspension des dons du sang pendant 21 jours pour les voyageurs revenant des zones les plus à risques.

Londres a pris une décision similaire pour une période de 28 jours. Jeudi, c'était au tour de l'OMS de juger "approprié" de reporter les dons de sang des voyageurs revenant de pays où sévit le virus.

Une infection par le virus Zika ne provoque pas de manifestations cliniques dans 80% des cas.  Les symptômes "de type grippal" ne surviennent que deux à trois semaines après une piqûre de moustique.

>> Lire: Le virus Zika, les risques encourus et sa propagation en cinq questions

ats/lan

Publié Modifié

Poursuite des recherches

Des cas ont déjà été signalés dans plusieurs pays européens. Quatre cas ont été détectés en Suisse chez des voyageurs de retour d'Amérique latine.

L'agence européenne du médicament EMA a par ailleurs annoncé lundi la mise en place d'un groupe d'experts sur le Zika. Il sera destiné à accélérer la mise en place de traitements ou de vaccins contre le virus à l'origine de la vaste épidémie en cours en Amérique latine.

"Il n'existe actuellement aucun vaccin ou traitement capables de se protéger ou de traiter l'infection par le virus du Zika qui ait été approuvé (par les autorités sanitaires) ou qui fasse l'objet d'essais cliniques", relève l'agence européenne dans un communiqué.