Modifié

Les opposants à un second tube au Gothard dénoncent une "escroquerie"

Le syndic de Lausanne et conseiller national Daniel Brélaz (Les Verts). [Marcel Bieri - Keystone]
Le syndic de Lausanne et conseiller national Daniel Brélaz (Les Verts). [Marcel Bieri - Keystone]
Une "escroquerie", une "aberration", du "gaspillage": le comité référendaire opposé à un second tube routier au Gothard a dénoncé mardi à Berne le projet de loi soumis au peuple le 28 février.

"On fait croire aux Suisses que le tunnel routier existant doit être rénové de toute urgence, mais c'est faux, il peut être exploité pendant au moins vingt ans "sans problème et sans devoir être fermé la journée", a tonné devant les médias la conseillère nationale Evi Alleman (PS/BE), également présidente de l'Association transports et environnement.

"Je trouve singulier que le Conseil fédéral signe l'accord sur le climat il y a un mois à Paris", tout en soutenant ce projet, a pour sa part commenté Daniel Brélaz,  syndic de Lausanne et conseiller national écologiste.

Projets romands pénalisés

Selon le comité référendaire, ce projet ne répond à aucune nécessité et gaspille trois milliards de francs au détriment des besoins réels.

Une fois dépensé au Gothard, l'argent ne sera plus disponible pour la Suisse romande, s'est inquiété Daniel Brélaz. Selon lui, des projets pourraient être pénalisés, comme le contournement de Morges (VD), du Locle et de la Chaux-de-Fonds (NE), ainsi que des tronçons genevois.

ats/kg

Publié Modifié