Modifié

Toni Brunner quittera la présidence de l'UDC en avril

Le président de l'UDC Toni Brunner ne se dit pas candidat. Pourtant, Christoph Blocher a plusieurs fois déclaré que le Saint-Gallois était un prétendant "idéal" au Conseil fédéral. "Je l'ai vu pendant huit années, il est très intelligent, très clair. En plus, il a très bon caractère ce qui est important pour un politicien", a précisé l'ex-conseiller fédéral. [Lukas Lehmann]
Le président de l'UDC Toni Brunner quitte sa fonction à la tête du parti / Le 12h30 / 1 min. / le 9 janvier 2016
Le président de l'UDC Toni Brunner a annoncé samedi à Horn (TG) qu'il quitterait sa fonction en avril. La direction du parti propose d'élire à sa succession le conseiller national Albert Rösti.

Le mandat du Saint-gallois prend fin le 23 avril 2016. La direction de l'UDC propose le conseiller national bernois Albert Rösti pour lui succéder, a-t-elle indiqué à l'issue de la réunion des cadres à Horn (TG).

Toni Brunner préside le parti national depuis depuis 2008 après avoir été vice-président entre 2000 et 2008. Dans un communiqué, l'UDC déclare qu'il "souhaite à nouveau se concentrer sur son travail politique de conseiller national et sur l'exploitation de son propre domaine agricole".

Priorité au Parlement

Il est membre de la Commission de l'environnement, de l'aménagement du territoire et de l'énergie du Conseil national, et siège désormais aussi à la Commission de la sécurité sociale et de la santé.

Le secrétaire général de l'UDC, Martin Baltisser, en poste depuis 2009 après avoir déjà exercé cette fonction dans les années nonante, quitte également sa fonction.

jvia

>> Ecouter les précisions de Linda Bourget en direct de Horn:

Le président de l'UDC Toni Brunner quittera sa fonction en avril 2016 [RTS]
Le président de l'UDC Toni Brunner quittera sa fonction en avril 2016 / 12h45 / 1 min. / le 9 janvier 2016
Publié Modifié

Les principales réactions

Le président du PDC Christophe Darbellay n'est pas surpris que l'UDC propose Albert Rösti pour succéder au St-Gallois, a-t-il déclaré. En revanche, il est étonné que la formation ait déjà un candidat, ce n'est pas démocratique, estime-t-il.

Même son de cloche à gauche. "A l'UDC, désignation en petit cercle. Révélateur", a ainsi tweeté le chef du groupe parlementaire socialiste Roger Nordmann.

Le président du PLR Philipp Müller, également sur le départ, n'a lui pas souhaité commenter ce choix. L'Argovien se dit certes surpris par l'annonce du retrait de Toni Brunner, mais ne formule pas d'attentes envers la future nouvelle présidence.