Modifié

L'armée devrait obtenir une rallonge de 874 millions de francs

La facture totale du programme d'armement devrait atteindre 1,316 milliard, soit nettement plus que l'an passé (771 millions). [Peter Schneider - Keystone]
La facture totale du programme d'armement devrait atteindre 1,316 milliard, soit nettement plus que l'an passé (771 millions). [Peter Schneider - Keystone]
Après le refus de l'achat du Gripen, l'armée devrait obtenir 874 millions de francs supplémentaires. Le Conseil national a accepté le programme d'armement complémentaire 2015, qui s'ajoute aux 542 millions déjà libérés.

La Chambre basse du parlement s'est prononcé en la faveur du programme par 138 voix contre 53. Il s'agit de combler des lacunes d'équipement avérées, a expliqué Beat Flach (PVL/AG) au nom de la commission.

Un avis qui n'est pas partagé par la gauche, elle qui a proposé sans succès de ne pas entrer en matière pour des raisons financières. "Les finances de la Confédération montrent des signes de fléchissement et une cure d'amaigrissement a été lancée", a argumenté Pierre-Alain Fridez (PS/JU).

Passes d'armes nourries

La modernisation de 2220 camions légers tout-terrain forme la plus grosse dépense, devisée à 558 millions. Elle a donné lieu à des passes d'armes nourries, notamment parce que tant l'UDC que le PLR étaient divisés sur la pertinence de cette opération. La majorité de la commission préparatoire a proposé en vain d'amputer cette somme de 100 millions.

La facture du programme d'armement devrait atteindre 1,316 milliard, soit près du double de l'an passé (771 millions).

kg avec ats

Publié Modifié

Pas de congé automatique dès le vendredi soir pour les recrues

Le Conseil national s'est également prononcé contre le congé systématique des recrues dès le vendredi soir.  Il juge le système actuel déjà assez souple et a rejeté mardi par 120 voix contre 67 une motion du conseiller national Jean-Paul Gschwind (PDC/JU).

Pour compenser les heures d'instructions perdues, il aurait fallu augmenter l'école de recrues de trois semaines, a notamment fait valoir le ministre de la défense Ueli Maurer.

Statu quo sur les abris PC

Le Conseil national est d'avis que la Suisse doit continuer d'assurer une place en abri de protection civile (PC) par habitant. Il a ainsi rejeté une motion de Yannick Buttet (PDC/VS) demandant d'en réduire le nombre et d'augmenter le temps nécessaire pour s'y rendre.

Selon le Conseil fédéral, il était indispensable de maintenir le parc actuel tout en allégeant la charge financière des propriétaires d'immeubles et des pouvoirs publics.

Le temps maximal pour se rendre à pied dans un abri reste de 30 minutes , voire 60 minutes si les conditions topographiques sont difficiles.