Modifié

Le budget fédéral 2016 obtient facilement l'aval du Conseil des Etats

Pour son dernier budget, Eveline Widmer-Schlumpf a reçu le feu vert des sénateurs. [Lukas Lehmann - Keystone]
Le budget 2016 de la Confédération largement adopté aux Etats / Le 12h30 / 1 min. / le 1 décembre 2015
Les sénateurs ont adopté mardi par 36 voix contre 2 le budget 2016, qui table sur une croissance quasi nulle des dépenses à 67,136 milliards de francs. Le déficit s'inscrit à 404 millions de francs.

Seule retouche marquante de la Chambre des cantons: une augmentation de 800'000 francs, à deux millions au total, du soutien aux organisations faîtières familiales.

La commission des finances, par la voix de Roberto Zanetti (PS/SO), a justifié ce geste par le souhait de concilier vies familiale et professionnelle, notamment pour combattre la pénurie de personnel qualifié sur le marché du travail suisse.

Au National jeudi

Dans le cadre du budget, le Conseil fédéral a procédé à des économies de l'ordre de 1,3 milliard par rapport au plan financier. Elles visent à respecter le frein à l'endettement, a rappelé la ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf. Ces économies ont été appréciées par les sénateurs.

Le budget sera au menu jeudi au National, où les débats s'annoncent nettement plus nourris. Sa commission des finances propose en effet d'augmenter les charges de 88,6 millions, en gonflant notamment le soutien à l'agriculture, et de nombreux amendements ont été déposés.

ats/asch

Publié Modifié

Argent "suffisant" pour le SEM

Le Conseil des Etats a refusé plusieurs propositions. Par 23 voix contre 21, les sénateurs n'ont notamment pas accordé 26,7 millions de plus (à 94,6 millions au total) pour les contributions à l'exportation de produits agricoles transformés.

Autre refus: une enveloppe supplémentaire pour le budget du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) en vue de la hausse prévue des demandes d'asile. Si l'argent venait à manquer, le gouvernement pourrait le demander via un supplément, a convenu le plénum.

Une décision critiquée par Werner Hösli (UDC/GL), mais Christian Levrat lui a répondu que sur la moyenne des dix dernières années, les budgets du SEM ont toujours été plus élevés que les coûts effectifs.