Modifié le 25 novembre 2015 à 15:34

Risque de pauvreté chez les jeunes retraités à l'AVS, selon une étude

Manifestation de la fonction publique pour défendre les retraites des fonctionnaires vaudois en 2013, à Lausanne.
Manifestation de la fonction publique pour défendre les retraites des fonctionnaires vaudois en 2013, à Lausanne. [ - ]
De plus en plus de jeunes retraités ont recours aux prestations complémentaires en raison d'un avoir insuffisant de prévoyance professionnelle, selon une étude de la Haute école spécialisée de Berne.

Environ 12% des bénéficiaires de l'AVS reçoivent des prestations complémentaires pour assurer leur minimum vital. Alors que ce taux est resté stable ces15 dernières années, la part des aînés âgés de moins de 70 ans a sensiblement augmenté, passant de 5,9% en 1999 à 8,6% en 2012.

Une prévoyance professionnelle insuffisante en est la cause, au contraire des plus âgés, qui ont des difficultés d'argent en raison des coûts de la santé croissants. Les défaillances dans la LPP proviennent entre autres d'interruption dans l'activité professionnelle, d'emplois instables, de bas salaires, de divorce ou encore de problèmes de santé.

Groupes à risque

Parmi les bénéficiaires de prestations complémentaires figurent notamment les étrangers, les divorcés, les célibataires et les femmes.

Les situations particulièrement graves concernent les cas où plusieurs facteurs se cumulent: comme chez les étrangers divorcés (35,4%), des Suissesses divorcées (21,4%) et les hommes suisses célibataires (19%).

ats/pym

Publié le 25 novembre 2015 à 15:25 - Modifié le 25 novembre 2015 à 15:34