Modifié

Vers un soutien du centre sur la transparence du financement des partis

Les partis qui ont gagné des voix (UDC et PLR) sont également ceux qui ont dépensé le plus. [Urs Flüeler - Keystone]
Les partis du centre pourraient appuyer l'initiative PS pour la transparence du financement des partis / Le Journal du matin / 1 min. / le 22 octobre 2015
Les partis du centre, notamment le PDC et le PBD, pourraient appuyer l'initiative pour la transparence du financement des partis que veut lancer le Parti socialiste.

Les élections de dimanche ont montré que les partis qui gagnent des voix - l'UDC et le PLR - sont également ceux qui dépensent le plus. Après ces élections, les partis du centre - aux moyens plus modestes - rejoignent cette envie socialiste de transparence.

Le PS veut connaître le nom des donateurs versant plus de 10'000 francs à un parti politique. Car pour les socialistes, il n'y a pas de dons de cette importance qui n'exigent pas de contrepartie.

Le conseiller national et chef de groupe PDC Filippo Lombardi va même plus loin, pour lui il faudrait publier le nom du donateur dès un versement de 5000 francs. "Au Tessin, on a déjà cette disposition en ce qui concerne les élections cantonales, mais la limite est à 5000 francs. Je pense que ça serait une bonne idée d'étendre cela au niveau fédéral, il faut voir dans quelle forme, mais je n'y suis pas opposé."

"Comment réaliser une telle initiative?"

Même appui du côté du PBD, son vice-président Lorenz Hess est d'accord sur le principe, mais s'inquiète que cette initiative puisse être contournée. Il relève par exemple qu'il suffirait pour un donateur fortuné de créer une fondation pour éviter que l'argent ne transite par la caisse du parti soutenu. "Je ne suis pas sûr qu'à la fin, on aura les vraies sommes sur la table."

Pour réunir un maximum de chances autour de cette initiative, le PS va mettre en place, selon nos informations, un large comité de soutien qui accueillera également des membres d'autres partis. La récolte des signatures débutera au printemps 2016.

Muriel Ballaman/lgr

Publié Modifié