Modifié

Les familles pauvres oubliées par les cantons et la Confédération, juge Caritas

"La pauvreté familiale n'est pas un problème marginal", affirme Caritas. [Gaëtan Bally - Keystone]
"La pauvreté familiale n'est pas un problème marginal", affirme Caritas. [Gaëtan Bally - Keystone]
Alors que 250'000 parents et enfants sont touchés par la pauvreté en Suisse, peu de cantons mènent une politique familiale pour combattre ce fléau, dénonce Caritas, qui invite la Confédération à se saisir du problème.

"La conception du Parlement est à nos yeux complètement erronée", a dit mardi à Berne Hugo Fasel, directeur de Caritas Suisse. Le législateur se décharge trop facilement de cette problématique sur les cantons, au motif que ceux-ci sont responsables de l'aide sociale.

L'oeuvre sociale déplore "qu'on parte du principe que la pauvreté doit être combattue à travers l'aide sociale". L'optique de Caritas est tout autre: il faut prévenir et pas seulement tenter de guérir.

Cesser les coupes dans les assurances sociales

"La lutte contre la pauvreté exige de (...) s'attaquer aux causes, qui ne sont pas la seule affaire des cantons". Parmi les causes avancées, le chômage de longue durée, les déficits de formation, le "démantèlement des assurances sociales" et la spirale de la pauvreté familiale.

Caritas exige ainsi des Chambres fédérales qu'elles prennent des mesures et qu'elles cessent leurs dans les prestations de l'assurance-chômage et de l'assurance-invalidité doivent cesser.

ats/dk

Publié Modifié

Les cantons pas tous à la même enseigne

"Berne est le seul canton qui dispose d'un document stratégique abordant la politique familiale dans la perspective de la lutte contre la pauvreté", relève Caritas.

L'ONG, qui a mené une enquête sur la pauvreté des familles, précise que le Jura et Fribourg sont en train d'élaborer une stratégie.

La plupart des cantons connaissent des mesures de lutte contre la pauvreté des familles. Ils n'ont toutefois pas de vision d'ensemble.

Des enfants qui pèsent sur le budget familial

Environ 250'000 parents et enfants sont touchés par la pauvreté en Suisse. Il en va de même pour une famille monoparentale sur six et pour un douzième des couples avec trois enfants ou plus.

"Un tiers des bénéficiaires de l'aide sociale sont des enfants et des jeunes", résume Caritas en se référant aux chiffres de l'Office fédéral de la statistique.

Et la situation pourrait s'aggraver. L'oeuvre d'entraide estime que de nombreuses familles ont un revenu à peine supérieur au seuil de pauvreté. Un tiers des familles monoparentales et un quart des ménages avec trois enfants seraient menacés.

Les coûts qu'impliquent les enfants en Suisse expliquent en grande partie le problème. Ceux-ci s'élèvent à 11'304 francs par an pour un couple avec un enfant et à 14'412 francs pour une famille monoparentale avec un enfant, d'après l'organisation.