Modifié

Les primes d'assurance maladie vont augmenter de 4% en moyenne en 2016

Les primes d’assurance maladie augmenteront en moyenne de 4% en Suisse [RTS]
Les primes d’assurance maladie augmenteront en moyenne de 4% en Suisse / 19h30 / 1 min. / le 24 septembre 2015
L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé jeudi une hausse moyenne des primes maladie de 4% en 2016. Le canton de Neuchâtel sera le plus touché avec une augmentation de 8,2%.

Le conseiller fédéral en charge de la Santé Alain Berset et le directeur de l'OFSP Pascal Strupler ont annoncé à Berne l'augmentation moyenne de 4% de la prime standard de l'assurance obligatoire des soins, soit celle d'un adulte avec une franchise de 300 francs et une couverture accident. Cette adaptation correspond à des coûts supplémentaires de 16,30 francs par mois par assuré et confirme les différentes estimations publiées récemment.

>> Lire: Les primes maladie pourraient grimper de 4% à 6% l'an prochain

35 francs de plus pour un adulte neuchâtelois

C'est le canton de Neuchâtel qui enregistre la hausse des primes la plus forte, avec 8,2% à 458,75 francs, soit une augmentation de 35,20 francs par mois. Cette hausse sera également supérieure à 5% dans quatre autres cantons: le Jura (+7,4, soit 31,35 francs de plus par mois ), Appenzell Rhodes-Extérieures (+5,4%), Nidwald (+5,4%) et Soleure (+5,1%).

>> Lire: Le Jura et Neuchâtel dénoncent la hausse des primes maladie

En Suisse romande, plusieurs cantons verront leurs primes grimper entre 4 et 5%: Genève (+4,8%), Fribourg (+4%), Vaud (+4,7%) et le Valais (+4,2%). En revanche, une adaptation de seulement +2,8% sera observée dans le canton de Berne.

Quant au canton d'Appenzell Rhodes-Intérieures, il bénéficiera de la plus petite augmentation (+2,2%).

>> L'évolution de la prime standard moyenne par canton

Coûts en hausse pour les jeunes

En 2016, les primes pour enfants augmenteront en moyenne de 3,9% et celles pour les jeunes adultes (19-25 ans) de 3,6%. Les modèles d'assurance spéciaux, qui impliquent un choix limité de fournisseurs de prestations (par exemple HMO ou "médecin de famille"), seront aussi impactés significativement.

Depuis l'entrée en vigueur de la loi sur l'assurance-maladie en 1996, la prime standard a connu une hausse annuelle moyenne de 4,6%. Au cours des dix dernières années, elle s'est élevée à 3,4%.

>> Les hausses dans le détail

Hausse des primes d’assurance maladie: les explications de Nicolas Rossé [RTS]
Hausse des primes d’assurance maladie: les explications de Nicolas Rossé / 19h30 / 1 min. / le 24 septembre 2015

Jessica Vial

Publié Modifié

Calculer sa nouvelle prime

La Confédération dispose d'un calculateur de primes en ligne, sur lequel chacun peut trouver le montant qu'il paiera l'an prochain pour son assurance obligatoire.

Pour effectuer cette simulation, cliquez ici: www.priminfo.ch

Pour rappel, les caisses d'assurance maladie ont jusqu'à la fin octobre pour informer leurs assurés du montant de leurs primes pour 2016. Les assurés peuvent ensuite résilier leur assurance maladie de base ou choisir une autre forme d'assurance maladie jusqu'à fin novembre. Ainsi, les assureurs doivent accepter chaque personne dans l'assurance obligatoire de soins et toute personne est tenue de s'assurer.

Assura brouille les chiffres

Le directeur de l'OFSP Pascal Strupler a pointé du doigt le rôle particulier d'Assura, qui affiche une hausse de 9,3% en moyenne nationale. Avec 900'000 affiliés, cette caisse compte le plus gros effectif d’assurés dans le canton de Neuchâtel avec près de la moitié du marché, et environ un tiers dans le Jura.

Assura est la meilleur marché parce qu'elle compte une majorité d'assurés ayant choisi la franchise la plus élevée de 2500 francs et qualifiés de "bons risques". Mais en 2014, la caisse a accueilli 150'000 assurés supplémentaires et a connu une forte progression de ses prestations, concrétisée par des niveaux de remboursement sensiblement supérieurs aux années précédentes.

La caisse fait en quelque sorte du "rattrapage", passant d'une caisse qui accueille majoritairement des "bons risques" à une caisse plus classique, a expliqué Alain Berset.