Modifié

"Les idéalistes, ce sont ceux qui veulent fermer les frontières"

Johan Rochel. [Frédéric Zahnd - RTS]
Johan Rochel, vice-président du Foraus / Le Journal du matin / 22 min. / le 21 septembre 2015
Vice-président du Foraus, un centre de réflexion sur la politique étrangère de la Suisse, Johan Rochel insiste sur le fait qu'il est impossible d'empêcher les mouvements migratoires.

"Ceux qui prônent l’acceptation des mouvements migratoires sont considérés comme des rêveurs. Mais les idéalistes, ce sont ceux qui veulent fermer les frontières, qui ont une image de la Suisse comme une maison", a expliqué Johan Rochel dans le Journal du matin de la RTS.

Pour le chercheur de l'Université de Zurich, fermer les frontières est un concept qui n’a historiquement jamais fonctionné. "A la rigueur le mur de Berlin, mais à quel prix? Celui de tirer sur les gens qui tentent de passer. L’Europe, si elle veut rester en adéquation avec ses valeurs, ne pourra jamais se le permettre".

On ne pourra donc jamais empêcher les mouvements de populations. "Il faut les organiser de manière intelligente afin que chaque partie prenante y trouve son gain".

Les valeurs européennes en jeu

A terme, l'Union européenne (UE) parviendra-t-elle à une politique d’immigration harmonisée? Johan Rochel en est convaincu: "Il faut se rappeler d’où l'on vient. L’UE déclare que l’asile est d’intérêt commun pour la première fois en 1992, au traité de Maastricht. C’est récent. A voir où l’on en est actuellement, on se dit que tout avance très vite".

Car l'unique alternative serait de revenir à des politiques nationales d'asile, chose qui n'est "ni souhaitable pour les Etats, ni pour les requérants", pour le vice-président du Foraus.

Cette semaine sera importante dans la gestion de la question migratoire, avec un débat sur les quotas dans la zone de Dublin mercredi. En jeu: les valeurs européennes. "Comment peut-on les concrétiser pour passer d'un discours sur les fondements de l’UE à la réalité des faits? Il y aura certainement des avancées mais la crise ne sera pas résolue vendredi prochain, c’est certain".

kg

Publié Modifié