Publié le 14 septembre 2015 à 12:33

Les professions des élus fédéraux peu représentatives de la population

Quels métiers sont représentés aux Chambres fédérales?
Décalage professionnel entre les parlementaires et la population On en parle / 12 min. / le 14 septembre 2015
Les Suisses sont avant tout employés de commerce, vendeurs ou entrepreneurs. Or, la proportion d'avocats, d'agriculteurs ou de médecins domine sous la coupole fédérale, selon une enquête d'On en parle.

Un Suisse sur dix est employé de commerce ou vendeur, alors que deux parlementaires sur dix sont directeurs ou entrepreneurs, relève l'enquête comparative d'On en parle. Il en est de même pour la proportion d'avocats, de notaires et de juristes au Parlement, alors qu'ils représentent moins d'un pourcent de la population.

Dans le "top 10" des métiers exercés par les élus fédéraux, on trouve aussi les employés de partis et d'associations, les agriculteurs, les hauts-fonctionnaires, les professeurs d'écoles supérieures, les spécialistes en relations publiques, les économistes et les médecins. En revanche, le même classement pour les citoyens se compose de concierges et nettoyeurs, d'infirmiers, de personnel de cuisine, de banquiers, d'instituteurs, d'informaticiens et d'agriculteurs.

Le décalage professionnel entre parlementaires et citoyens:

"Miroir déformé"

"L'accession à l'activité parlementaire est très sélective. Elle exige un certain niveau de formation et de possibilités de faire campagne qui favorise certaines catégories sociales et professionnelles", explique André Mach, professeur associé à l'Institut d'études politiques et internationales de l'Université de Lausanne. Cela dit, le Parlement comme "miroir déformé de la population active" est un phénomène déjà observé tout au long du 20ème siècle, partout en Europe, relève-t-il.

Un système équilibré

"Cela peut devenir problématique en cas de trop forte déconnexion entre la population et les élites politiques", souligne André Mach, pour qui le modèle Suisse est bien équilibré. "Jusque dans les années 1990, nous avions un parlement de milice peu indemnisé, qui devait disposer de ressources externes pour pouvoir siéger à Berne. Le caractère déformé était encore plus fort que maintenant, où nous avons un système semi-professionnel, qui permet de vivre des indemnités mais de garder un certain ancrage dans la vie professionnelle".

Yves-Alain Cornu/jvia

Publié le 14 septembre 2015 à 12:33

L'agriculture bien représentée

Le métier d'agriculteurs est la seule profession du secteur primaire présente dans le "top 10" des métiers des parlementaires, cinq fois mieux représentée à Berne que dans la population en général.

Selon André Mach, cela s'explique par le fort degré d'organisation du monde paysan en Suisse, où les agriculteurs sont nombreux à s'inscrire sur des listes électorales, notamment celles de l'UDC.