Modifié le 19 juillet 2015

Didier Burkhalter pour une levée rapide des sanctions contre l'Iran

Didier Burkhalter en compagnie du ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad-Javad Zarif.
Didier Burkhalter pour une levée rapide des sanctions contre l'Iran Forum / 4 min. / le 19 juillet 2015
Suite à l'accord sur le nucléaire iranien conclu mardi, le conseiller fédéral Didier Burkhalter a affirmé à la presse dominicale vouloir supprimer les sanctions contre l'Iran "aussi vite que possible".

Selon l'accord conclu entre l'Iran et les grandes puissances, les premières sanctions pourront être levées à partir du premier semestre 2016.

Le Conseil fédéral va examiner minutieusement le dossier et prendre une décision de manière indépendante, affirme Didier Burkhalter, conseiller fédéral à la tête du Département fédéral des affaires étrangères, dans un entretien diffusé dimanche par la NZZ am Sonntag.

"La levée des sanctions doit avoir lieu à mon avis aussi vite que possible, avec une mise en application efficace et conforme de l'accord", ajoute-t-il.

Sanctions en vigueur depuis 2007

La Suisse avait imposé des sanctions à l'Iran en février 2007, dans la foulée des plus importants partenaires commerciaux.

Le gouvernement en a suspendu ponctuellement une partie au début de 2014, après un premier accord intérimaire sur le nucléaire iranien signé en novembre 2013. Mais la majeure partie d'entre elles reste toujours en vigueur.

>> Investir à n'importe quel prix? Interview de la porte-parole d'Amnesty Suisse Nadia Boehlen:

Nadia Boehlen, porte-parole d'Amnesty Suisse.
Forum - Publié le 19 juillet 2015
 

ats/vtom

Publié le 19 juillet 2015 - Modifié le 19 juillet 2015

Vers un changement des bons offices de la Suisse

Avec le rapprochement entre Téhéran et Washington, Didier Burkhalter ne craint pas une perte de l'influence diplomatique suisse, qui agit comme puissance protectrice des Etats-Unis depuis 1980 en Iran.

Il souligne toutefois que les bons offices vont changer, car les conflits vont évoluer. "Une rupture des relations diplomatiques entre les Etats ne se produit que rarement", note-t-il.