Modifié

Les cigarettiers craignent d'être la cible de véritables enquêtes policières

Philip Morris s'attend à être la cible de véritables enquêtes policières. [Fabrice Coffrini - Keystone]
Les cigarettiers dénoncent les mesures de la nouvelle loi sur le tabac / Le 12h30 / 2 min. / le 17 juillet 2015
L'industrie du tabac dénonce vendredi la révision de la loi sur les produits du tabac, qui veut interdire la publicité dans la rue et sur internet. Elle craint de subir de véritables enquêtes policières.

Le ministre de la Santé Alain Berset doit présenter son projet définitif cet automne. Dans le Tages-Antzeiger, les fabricants de cigarettes affirment vendredi que la révision de la loi va permettre la mise sur pied d'un arsenal administratif qui augmentera la surveillance à leur encontre.

Contacté par la RTS, l'entreprise Philip Morris s'attend à être la cible de véritables enquêtes pour vérifier qu'elle ne finance aucune publicité pour le tabac. Le cigarettier dénonce des méthodes futures contraires au secret des affaires.

Pas "d'artillerie lourde"

A l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), on réfute le terme d'enquête policière. "Cela m'étonnerait qu'ils (les chimistes cantonaux qui s'occupent de la surveillance, ndlr) débarquent avec l'artillerie lourde à chaque cas", assure Catherine Cossy, porte-parole de l'OFSP. Pour elle, on ne peut pas parler de "police du tabac".

"C'est un joli terme, mais c'est dramatiser inutilement parce que c'est des compétences que les cantons ont déjà. Et même si on pense à l'interdiction de la publicité, la majorité des cantons interdit déjà la publicité pour le tabac par voie d'affichage public", ajoute-t-elle.

Pietro Bugnon/gchi

Publié Modifié