Modifié le 14 juillet 2015 à 20:06

L'initiative sur l'éducation sexuelle à l'école a été retirée

A l'origine du texte, une croisade à Bâle-Ville contre une boîte d'accessoires pédagogiques contenant notamment des organes sexuels en peluche.
L'initiative contre l'éducation sexuelle à l'école maternelle a été retirée Le 12h30 / 1 min. / le 14 juillet 2015
Les Suisses ne voteront pas sur une interdiction de l'éducation sexuelle à l'école avant l'âge de 9 ans. L'initiative de la droite conservatrice a été retirée, annonce mardi la "Feuille fédérale".

Les auteurs de l'initiative "Protection contre la sexualisation à l’école maternelle et à l’école primaire" expliquent avoir déjà atteint leur but.

Les deux chambres du Parlement l'avaient rejetée, suivant la recommandation du Conseil fédéral.

Une "sexe-box" bâloise en ligne de mire

A l'origine du texte se trouvait un groupe de parents de Bâle-Ville qui avait fait croisade contre une boîte d'accessoires pédagogiques contenant notamment des organes sexuels en peluche.

Parmi les initiants figuraient plusieurs élus fédéraux, actuels ou anciens, comme la libérale vaudoise Suzette Sandoz ou les UDC jurassien Dominique Baettig et valaisan Oskar Freysinger.

Le comité dit avoir atteint de nombreux résultats positifs. Bâle-Ville aurait reculé; le Centre de compétences "Education sexuelle à l’école" de la Haute école pédagogique de Lucerne a été fermé; et le plan d’études alémanique (Lehrplan 21) ne prévoit pas d'unité d'éducation sexuelle avant la dixième année scolaire.

>> L'interview d'Oskar Freysinger dans Forum:

Oskar Freysinger.
Jean-Christophe Bott -
Forum - Publié le 14 juillet 2015

ats/oang

Publié le 14 juillet 2015 à 11:39 - Modifié le 14 juillet 2015 à 20:06

Le contenu de l'initiative

Le texte voulait empêcher toute éducation sexuelle à l'école avant que les enfants aient atteint l'âge de neuf ans.

Un cours obligatoire n'aurait pu être proposé que pour des enfants de 12 ans et plus, dans le cadre de la biologie. Il aurait dû être destiné à la "transmission de savoirs sur la reproduction et le développement humains".

L'initiative précisait que les jeunes ne pouvaient être contraints à suivre une éducation sexuelle allant au-delà du cadre qu'elle pose.