Modifié le 14 mai 2015 à 12:45

Il n'y aura pas de centre national pour améliorer la qualité des soins

Le Fribourgeois Alain Berset renonce à créer un centre national pour améliorer la qualité des soins.
Le Fribourgeois Alain Berset renonce à créer un centre national pour améliorer la qualité des soins. [ - ]
L'optimisation de la sécurité des patients passera par la mise en réseau des structures actuelles. Face à la levée de boucliers, le Conseil fédéral a renoncé à mettre sur pied un centre national.

Le conseiller fédéral en charge de la Santé Alain Berset soumettra un projet en ce sens d'ici la fin de l'année au Parlement. Les coûts de l'opération ne changent pas: 22 millions de francs sont nécessaires pour optimiser la qualité et la sécurité des patients.

Ils seront financés par les assurés adultes, à hauteur de 3,50 francs par an et par personne.

Levée de boucliers

Lors de la consultation, les médecins, les hôpitaux, les assureurs et les cantons ont critiqué la création d'un centre national. Ils craignaient que celui-ci ne détienne trop d'autorité et ne torpille des efforts déjà entrepris pour améliorer la sécurité des patients.

Le gouvernement a finalement retenu la solution d'un réseau, privilégié aussi par les directeurs cantonaux de la santé et la Fédération des médecins suisses (FMH).

Cette forme d'organisation permettra d'impliquer davantage les différents acteurs et de les mettre face à leurs responsabilités, a commenté Alain Berset.

ats/rens

Publié le 13 mai 2015 à 16:59 - Modifié le 14 mai 2015 à 12:45