Modifié le 10 mai 2015 à 19:03

"Il faut davantage de concentrations dans la médecine de pointe"

Thierry Carrel.
Extrait de l'interview de Thierry Carrel Forum / 2 min. / le 09 mai 2015
Le directeur de la chirurgie cardiovasculaire de l’Hôpital de l’Ile à Berne Thierry Carrel juge insuffisante la collaboration annoncée entre le CHUV et les HUG en cardiologie pédiatrique.

Interrogé dimanche par la RTS, le professeur Thierry Carrel estime toutefois fondée la recherche de synergie entre hôpitaux dans le domaine de la médecine hautement spécialisée. Car il faut atteindre une masse critique pour justifier le maintien d’une médecine relativement onéreuse.

Mais s’agissant de la coopération valdo-genevoise en cardiologie pédiatrique entre le CHUV et les HUG, il note que les opérations continueront de se faire sur deux sites et que seules les statistiques seront rassemblées. "Il n’y a donc absolument aucune concentration", tranche le médecin, mais juste une "demi-solution".

>> Lire aussi: Création d'un Centre lémanique de médecine cardiaque pédiatrique

Patient chouchouté

Selon Thierry Carrel, la Suisse compte encore beaucoup trop de sites hospitaliers, la faute à l’autonomie cantonale en matière de santé. "Le patient en Suisse est extrêmement chouchouté: à chaque coin de rue, il y a un hôpital, une clinique ou un service ambulatoire".

Résultat: on privilégie la quantité à la qualité, alors qu’il faudrait développer des pôles d’excellence, des centres de compétence nationaux pour certaines pathologies. Ce qui suppose, selon le chef de la chirurgie cardiovasculaire bernoise, un travail de coordination mené par la Confédération et non les cantons.

Mehmet Gultas/olhor

Publié le 10 mai 2015 à 17:37 - Modifié le 10 mai 2015 à 19:03