Publié le 05 mai 2015 à 21:26

Les bébés prématurés de plus en plus souvent déplacés, faute de place

En Suisse, les places sont rares pour les prématurés
En Suisse, les places sont rares pour les prématurés 19h30 / 3 min. / le 05 mai 2015
Chaque semaine, des prématurés ou des mères sur le point d’accoucher prématurément doivent être transférés parfois à l’autre bout de la Suisse, faute de place dans les services de néonatologie.

Alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'inquiète régulièrement des quinze millions de naissances prématurées chaque année, le nombre de prématurés, en augmentation également en Suisse, se heurte à une pénurie des places en néonatologie.

Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), le nombre de bébés nés avec un poids inférieur à 1500 grammes a augmenté de 20% en 15 ans.

Or, les enfants qui survivent à ce poids et à cet âge doivent rester hospitalisés de longues semaines, créant une surcharge des services.

Le petit Joshua, transféré trois fois

Le 19h30 a rencontré une famille dont le bébé, le petit Joshua, est né avec 7 semaines d'avance aux HUG, avant d'être transféré quelques heures plus tard par hélicoptère à Lucerne, faute de place.

Joshua est resté dix jours à Lucerne, avant d'être transféré à Morges pour une semaine, puis à nouveau à la maternité à Genève.

Manque de personnel

Cette situation n'est pas exceptionnelle. Chaque année aux HUG, 50 prématurés ou femmes sur le point d'accoucher prématurément doivent être transférés vers un autre hôpital par manque de place. Soit un transfert par semaine, malgré les risques.

Il y a un problème de place, mais surtout de personnel: il faut au minimum 3 à 4 infirmiers par jour pour un grand prématuré. Selon le Dr. Ricardo Pfister, responsable de l'unité de néonatologie des HUG, il faudrait 20% de personnel en plus.

>> Plus d'informations dans le 19h30 de mardi sur RTS Un.

Magali Rochat/kkub

Publié le 05 mai 2015 à 21:26

7,4% des bébés prématurés en Suisse

La Suisse compte un taux de 7,4% de naissances prématurées, selon un rapport de l'OMS en 2012.

Dans les pays à revenu élevé, l'augmentation du nombre de naissances prématurées est liée au nombre de femmes plus âgées qui ont des bébés, à une utilisation croissante d'inducteurs d'ovulation et aux multiples grossesses qui en résultent.

Dans certains pays, les déclenchements non nécessaires du point de vue médical et les accouchements par césarienne avant la gestation complète du bébé contribuent également à cette hausse.

Dans les pays pauvres, les principales causes des naissances prématurées sont les infections, la malaria, le VIH et un taux élevé de grossesses chez les adolescentes.