Modifié le 18 février 2015 à 13:58

Vers de nouvelles mesures pour le régime du "too big to fail"

UBS et Credit Suisse n’ont pas encore atteint les valeurs cibles arrêtées pour 2019 en matière de ratio de levier et de ratio de fonds propres pondérés en fonction des risques.
UBS et Credit Suisse n’ont pas encore atteint les valeurs cibles arrêtées pour 2019 en matière de ratio de levier et de ratio de fonds propres pondérés en fonction des risques. [Fabrice Coffirni - AFP]
Le Conseil fédéral a chargé mercredi la ministre des Finances Eveline Widmer-Schlumpf de lui présenter des propositions pour s'assurer qu'une grande banque n'entraîne pas le pays dans sa chute.

En ce qui concerne la problématique des banques d’importance systémique, le Conseil fédéral n'envisage ni prescriptions plus sévères en matière de séparation des activités bancaires, ni interdiction de certaines activités, ni limites de taille.

Il estime toutefois que des mesures supplémentaires sont indispensables pour compléter le régime du "too big to fail" et a chargé la ministre des Finances de faire des propositions d'ici la fin de l'année.

Situation imparfaite

La situation n'est en effet pas encore parfaite: UBS et Credit Suisse n’ont pas atteint les valeurs cibles en matière de ratio de levier et de ratio de fonds propres pondérés en fonction des risques; en l'état actuel, ces banques ne pourraient en outre pas être liquidées de façon ordonnée.

De manière générale, la législation actuelle, même intégralement mise en oeuvre, ne suffit pas. Les changements seront tirés du rapport final du groupe d'experts chargé de développer la stratégie en matière de marchés financiers.

ats/ptur

Publié le 18 février 2015 à 12:22 - Modifié le 18 février 2015 à 13:58