Modifié le 13 février 2015 à 20:37

Toujours plus de femmes dans les polices cantonales romandes

Le canton de Neuchâtel compterait plus d'aspirantes policières que d'aspirants policiers
Le canton de Neuchâtel compterait plus d'aspirantes policières que d'aspirants policiers 19h30 / 2 min. / le 13 février 2015
Les aspirantes policières neuchâteloises sont désormais plus nombreuses que leurs collègues masculins, alors que les femmes constituent désormais entre 10 et 15% des effectifs totaux.

Les femmes qui choisissent le métier de policières sont de plus en plus nombreuses en Romandie. L'Ecole régionale d'aspirants de police de Colombier (NE) compte pour la première fois plus de femmes que d'hommes. Elles sont 10 jeunes femmes à vouloir revêtir l'uniforme contre 9 hommes.

Dans le canton, leur effectif a plus que doublé en 10 ans, rapporte la RTS vendredi. Si la police neuchâteloise compte aujourd'hui 58 policières sur 404 agents au total, elles n'étaient que 27 en 2004.

Une tendance qui se retrouve dans le canton de Vaud où 13% des agents sont des femmes, alors qu'en 1997, elles n'avaient pas le droit de devenir gendarmes.

Relationnel mis en avant

Les policières apportent une approche différente du métier, plus basée sur les compétences relationnelles que sur la force physique.

Florence Maillard, gendarme vaudoise, témoigne à la RTS: "Avec mon mètre 60 et mes 60 kilos, j’essaie de ne pas chercher la bagarre. Plutôt de discuter et favoriser l’apaisement".

Melchior Oberson/sbad

Publié le 13 février 2015 à 18:07 - Modifié le 13 février 2015 à 20:37

Entre 10 et 15% dans les effectifs romands

Les femmes représentent en moyenne entre 10 et 15% des effectifs des polices cantonales romandes.

Le canton de Vaud compte ainsi 121 policières pour 851 collègues masculins (sur un total de 907 agents), soit 13% des effectifs.

Neuchâtel se hisse à près de 14,5% de représentantes féminines avec 58 femmes pour 342 hommes, et 404 policiers au total.

La police cantonale de Fribourg comptait, elle, au 31 décembre 2014, quelque 633 collaborateurs et collaboratrices en équivalent plein temps (comprenant donc ici les postes administratifs), dont 27% de femmes. Ce chiffre comprend donc des femmes qui ne portent pas l'uniforme.

A Genève, selon les chiffres avancés par la Tribune de Genève, le corps de police compte 170 policières sur les quelque 1400 agents, soit une part de 12% des effectifs.

Le Jura emploie une centaine d'agents en uniformes dont 10% sont des femmes.

Le canton du Valais compte près de 620 policiers au total, mais on ne connaît pas la part de femmes dans ses rangs.

Une évolution qui pourrait modifier l’autorité de la police

Interviewé par la RTS, le psychologue valaisan Alain Valterio estime, lui que le discours féminin de protection et de prévention brouille le message d'autorité que les forces de l'ordre doivent envoyer.

"La police est de moins en moins un censeur, et de plus en plus un éducateur. On tend vers un discours féminin de protection, de prévention. Comme si tout pouvait être réglé par la psychologie."