Modifié le 06 janvier 2015 à 13:09

Les paysans suisses assurent ne pas être "accros" aux subventions

Le conseiller national PLR fribourgeois Jacques Bourgeois.
L'USP assure que les agriculteurs suisses ne sont pas "accros" aux paiements directs Le 12h30 / 3 min. / le 06 janvier 2015
Augmentation de la valeur ajoutée, fidélisation des consommateurs et protection à la frontière: telles sont les priorités présentées par l'Union suisse des paysans mardi à Diemerswil (BE).

L'Union suisse des paysans (USP) a tenu mardi sa conférence de presse annuelle sur une exploitation familiale à Diemerswil, dans le canton de Berne.

Les agriculteurs préfèrent "s'adapter au marché" plutôt que "se tourner vers les paiements directs", a plaidé l'USP. Pour cela, un prix équitable est toutefois nécessaire, estime l'association faîtière.

Pas "accros" aux paiements directs

Les paysans suisses assurent ne pas être dépendants des subventions, 75% de leurs revenus étant issus de la vente des produits, a indiqué Jacques Bourgeois sur la RTS. L'objectif est d'augmenter encore cette proportion, a ajouté le directeur de l'USP.

Pour atteindre ce but, les paysans entendent notamment "augmenter la valeur ajoutée, fidéliser les consommateurs autour des produits suisses et veiller à conserver un certain degré de protection à la frontière", affirme Jacques Bourgeois.

dk

Publié le 06 janvier 2015 à 13:05 - Modifié le 06 janvier 2015 à 13:09

Initiative pour la sécurité alimentaire

L'USP a déposé en juillet dernier à Berne son initiative pour la sécurité alimentaire, munie de près de 150'000 signatures.

Le texte demande que la Confédération renforce l'approvisionnement de la population avec des denrées alimentaires issues d'une production indigène durable et diversifiée.

Opposé au texte, le Conseil fédéral entend proposer un contre-projet à cette initiative.