Modifié le 28 décembre 2014 à 16:15

"Une bombe à retardement" menace le système social helvétique

Monika Bütler voit une "bombe à retardement" dans le système social helvétique.
Monika Bütler estime qu'une "bombe à retardement" menace le système social helvétique. [Lukas Lehmann - ]
Le système social suisse n'est viable que parce que de nombreuses personnes ne bénéficient pas des prestations auxquelles elles ont pourtant droit, a affirmé dimanche la professeure Monika Bütler.

Les Suisses osent toujours plus se tourner vers les prestations sociales auxquelles ils ont droit et cela constitue une "bombe à retardement", a affirmé dans la Schweiz am Sonntag la professeure d'économie saint-galloise Monika Bütler.

Selon elle, le système social suisse ne fonctionne que parce que de nombreuses personnes renoncent par bienséance à des prestations sociales auxquelles elles ont droit."La Suisse profite surtout de la convenance de ses citoyens", juge Monika Bütler.

Un équilibre jugé fragile

Pour la professeure, la plupart n'ignorent pas qu'ils ont droit à une aide mais ils n'y recourent pas. Le système helvétique n'est finançable que si ces scrupules persistent, met-elle en garde.

"Alors que tout le monde parle de bombe à retardement démographique, personne n'évoque celle-ci", a conclu la chercheuse, ajoutant que l'équilibre entre la bienséance des bénéficiaires et l'honnêteté des contribuables est fragile.

ats/gchi

Publié le 28 décembre 2014 à 15:57 - Modifié le 28 décembre 2014 à 16:15