Modifié

Le peuple votera sur le fonds d'indemnisation des enfants placés

Plus de 110'000 signatures déposées pour les enfants placés. [Peter Klaunzer - key]
"Réparation de l'injustice faite aux enfants placés": 110'000 signatures en huit mois / Le 12h30 / 2 min. / le 19 décembre 2014
Le peuple va probablement se prononcer sur la création d'un fonds de 500 millions de francs pour indemniser les enfants placés de force, une réparation réclamée par une initiative déposée vendredi.

L'initiative "Réparation de l’injustice faite aux enfants placés de force", qui demande la création d'un fonds de 500 millions pour les victimes des mesures de coercition, a été déposée vendredi munie de plus de 110'000 signatures. Le peuple va probablement avoir à se prononcer.

Le texte demande à la Confédération de créer un fonds de 500 millions de francs en faveur des victimes des mesures de coercition prises à des fins d'assistance avant 1981.

20'000 personnes "gravement touchées"

Les moyens seraient attribués aux "personnes qui ont été touchées durement et directement par ces mesures". Le comité avance le chiffre de 20'000 victimes "gravement touchées". Une commission indépendante fixerait le montant de la prestation.

Le texte réclame également une étude scientifique indépendante et un débat public sur l’injustice faite notamment aux enfants placés de force dans un home ou une famille, aux personnes internées par décision administrative ou à celles qui ont été stérilisées de force ou données à l’adoption.

ats/gchi

Publié Modifié

"Un signe clair" au politique

Cette récolte rapide de signatures montre que la population veut réparer l'injustice sans attendre. "C’est un signe clair de la population au politique", affirme Guido Fluri, instigateur de l'initiative.

"La plupart des victimes sont âgées, vivent souvent dans des conditions précaires et ont urgemment besoin d’aide et d’assistance".

Des mesure insuffisantes

Des mesures ont déjà été prises, mais les initiants les jugent insuffisantes. Dans l'intervalle, un fonds d'urgence a ainsi été débloqué.

A fin octobre, près de 300 requêtes au total avaient déjà été traitées. La priorité est donnée aux personnes âgées, atteintes dans leur santé ou vivant dans une situation précaire.