Modifié le 01 décembre 2014 à 18:32

Les arguments des défenseurs d'Ecopop n'ont pas fonctionné

L'opposition à Ecopop a été plus forte en Suisse romande qu'au Tessin.
L'opposition à Ecopop a été plus forte en Suisse romande qu'au Tessin. [ - RTS]
L'écologie et la démographie ont peu influencé les résultats du scrutin de dimanche sur l'initiative Ecopop qui, comme le 9 février, a davantage séduit au Tessin qu'en Suisse romande.

Les principaux arguments utilisés par les défenseurs de l'initiative "Halte à la surpopulation - Oui à la préservation durable des ressources naturelles", lancée par l'association Ecologie et population (Ecopop), n'ont pas fait mouche auprès de l'électorat suisse.

Si le texte, balayé par 74,1% des votants dimanche, a séduit certains bastions anti-immigration, il n'a pas conquis tout l'électorat de l'UDC.

Lire aussi: L'initiative Ecopop subit une lourde défaite dans les urnes

Mêmes tendances que le 9 février

Des ressemblances existent entre les résultats du 30 novembre et ceux du 9 février. Le peuple suisse avait alors accepté à 50,3% un texte proposant de limiter l'immigration "massive" des travailleurs européens.

Dix mois plus tard, les Tessinois (en vert) restent les plus favorables à l'idée de limiter l'immigration. Les Romands (en rouge) y sont toujours plus farouchement opposés.

Vaudois plus opposés

Les districts vaudois (Morges, Nyon et Lausanne) se sont ainsi montrés les moins favorables à une fermeture des frontières pour des raisons démographiques et écologiques. A l'autre bout du spectre se trouvent les districts fribourgeois de la Gruyère et de la Glâne ainsi que le Jura bernois.

De leur côté, les Alémaniques (en bleu) ont davantage voté non à Ecopop le 30 novembre qu'à l'initiative contre l'immigration de masse en février. Sans trop de surprise, outre-Sarine, les cantons les plus réticents face aux objets soumis étaient Zurich et Soleure.

La démographie n'a pas fait mouche

L'argument de la croissance démographique de la Suisse a peu influencé les votants. Malgré une évolution positive de la population, de nombreux districts ont voté non à Ecopop.

Alors que le nombre de ses habitants a augmenté de 10% en 5 ans, la Broye vaudoise a par exemple refusé à 70% le texte proposé dimanche.

Des zones confrontées à un dépeuplement étaient à titre comparatif moins opposées à Ecopop.

Pas d'effet de densité

De même, le nombre d'habitants par kilomètre carré n'a pas eu d'effet évident sur les résultats du 30 novembre. Des lieux densément peuplés comme Bâle-Ville, Zurich ou encore Lausanne ont balayé Ecopop au même titre que des lieux plus isolés comme Goms, dans la vallée de Conches (VS).

jgal/tyf

Publié le 01 décembre 2014 à 15:32 - Modifié le 01 décembre 2014 à 18:32