Modifié

En 2007, la ministre Doris Leuthard plaidait contre les forfaits fiscaux

Invités principaux: D. Leuthard et P. Bodenmann - Mesures d'aide à la vie familiale - Système fiscal en Suisse [RTS]
Les conseillères fédérales, meilleures ennemies des forfaits fiscaux / Forum / 4 min. / le 6 novembre 2014
Le Conseil fédéral s'oppose à la suppression des forfaits fiscaux. Il n'a pas toujours été uni sur la question. L'actuelle ministre du DETEC les avait sévèrement critiqués en 2007.

Dans l'émission Infrarouge, en 2007, Doris Leuthard - alors en charge du Département fédéral de l'économie - estimait que "si une personne a un revenu de trois millions de francs par an, qu'elle soit suisse ou qu'elle vienne de l'étranger, il faut avoir un traitement égal, et pas discriminatoire".

A l'époque, le Conseil fédéral in corpore s'était fortement distancié de la ministre démocrate-chrétienne pour défendre les forfaits.

En campagne contre leur suppression

Sept ans plus tard, le gouvernement - au sein duquel Doris Leuthard est en charge du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) - est en campagne contre l'initiative pour la suppression des forfaits fiscaux soumise en votation le 30 novembre.

La conseillère fédérale se montre aujourd'hui plutôt discrète sur un sujet qui ne concerne plus directement son dicastère.

Conditions durcies

Contacté jeudi par la RTS, le département de Doris Leuthard souligne que depuis 2007, les conditions se sont durcies pour obtenir ce statut fiscal. Le département explique également que la ministre estime toujours, comme elle l'a dit alors, que c'est aux cantons d'agir.

Or, le texte sur lequel les Suisses votent le 30 novembre veut au contraire uniformiser les pratiques, ce qui est contraire au fédéralisme, note le DETEC.

tyf avec Thibaut Schaller/kkub

Publié Modifié

"Elle ne referait pas ça aujourd'hui"

Christophe Darbellay, président du PDC, se souvient de cet épisode, lorsqu'il avait dû éteindre l'incendie allumé par sa ministre. "C'était une erreur de sa part, a-t-il affirmé jeudi à la RTS.

"Doris Leuthard, alémanique, méconnaissait cette spécificité des régions latines et alpines, dans un dossier qui n'était pas d'actualité", estime le Valaisan, en concluant: "Elle ne referait plus jamais ça aujourd'hui".