Modifié

En raison de l'été pourri, la Suisse doit importer davantage de céréales

blé céréale seigle moulin cultures [Gaetan Bally - Keystone]
blé céréale seigle moulin cultures [Gaetan Bally - Keystone]
Conséquence des pluies en juillet qui ont conduit à la germination des cultures, la Suisse est contrainte d'importer 10'000 tonnes de céréales supplémentaires. Le prix du pain pourrait augmenter.

L'organisation de la branche suisse des céréales, Swiss granum, devra importer 10'000 tonnes supplémentaires de blé et de seigle, soit 14% de plus, a indiqué vendredi son directeur Stephan Scheuner.

En raison de la météo, bien que les rendements en céréales aient été élevés cette année, la quantité et la qualité du blé et du seigle pour la fabrication du pain sont nettement moins bonnes. Les cultures ont en effet été atteintes de germination.

Le prix du pain pourrait augmenter

Au total, ce sont 107'000 tonnes de céréales panifiables qui, impropres à la panification, iront au secteur fourrager, comme l'ont déjà relaté plusieurs médias. Restent 379'500 tonnes disponibles pour le pain (413'000 en 2013).

Cette quantité est complétée chaque année par des importations de céréales panifiables (blé, seigle, épeautre). Swiss granum a donc demandé à l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) une augmentation des importations. Au final, le pain pourrait bien coûter plus cher.

ats/kkub

Publié Modifié

Contingent d'importations limité

La Suisse a droit à un contingent annuel d'importations limité à 70'000 tonnes qui s'annonce déjà insuffisant pour couvrir les besoins des meuniers en 2015.

Ceux-ci se montent à 480'000 tonnes par année.