Modifié le 22 octobre 2014 à 22:53

Le yodel et la Fête des Vignerons sont candidats à l'UNESCO

La Suisse présente les traditions qu'elle veut inscrire au patrimoine de l'UNESCO
La Suisse présente les traditions qu'elle veut inscrire au patrimoine de l'UNESCO 19h30 / 2 min. / le 22 octobre 2014
Parmi les traditions suisses que le Conseil fédéral veut inscrire au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO, figurent le yodel ou la Fête des Vignerons à Vevey, a déclaré le gouvernement mercredi.

Le yodel, le Carnaval de Bâle, la gestion du risque d'avalanches ou encore le savoir-faire de mécanique horlogère. Ces traditions helvétiques figurent dans la liste que le Conseil fédéral souhaite inscrire au Patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO, a annoncé le gouvernement mercredi. Elles seront soumises à l'UNESCO, dès 2015.

Le design graphique et typographique, la saison d'alpage, les Processions de la Semaine Sainte à Mendrisio (TI) et la Fête des Vignerons à Vevey (VD) figurent aussi parmi les prétendants.

"Une vision innovante"

En sélectionnant des coutumes à la fois attendues et originales, la Suisse propose "une vision innovante de ce que signifient traditions et patrimoine immatériel aujourd’hui", a souligné le gouvernement.

Le Conseil fédéral a ratifié en 2008 la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Afin de répondre aux exigences de l'UNESCO, la Suisse a d'abord dû établir un inventaire national des traditions vivantes.

ats/moha

Publié le 22 octobre 2014 à 14:14 - Modifié le 22 octobre 2014 à 22:53

Les traditions vivantes inventoriées

De l'Escalade genevoise aux combats de reines en passant par le bilinguisme biennois et les abbayes de tir vaudoises, le pays compte 167 traditions vivantes.

Chants et danses traditionnels, carnavals, rites sociaux ou autres savoir-faire artisanaux font ainsi partie du patrimoine helvétique immatériel.

Un groupe d'experts a ensuite établi cette liste indicative. Elle fera ses propositions l'une après l'autre à l'UNESCO dès l'année prochaine. Seule une candidature peut être présentée à chaque cycle d’inscription au Comité du patrimoine immatériel de l’UNESCO.