Modifié

Les étudiants européens boudent la Suisse pour leur Erasmus

Près de 270'000 étudiants, dont 3000 Suisses, ont bénéficié du programme d'échanges universitaires Erasmus en 2012-2013. [Keystone]
Près de 270'000 étudiants, dont 3000 Suisses, ont bénéficié du programme d'échanges universitaires Erasmus en 2012-2013. [Keystone]
Conséquence du 9 février, les universités romandes ont enregistré un recul des inscriptions d'étudiants européens dans le cadre du programme Erasmus. Les Ecoles polytechniques ne sont pas épargnées.

Dans les universités romandes, le recul des inscriptions dans le cadre du programme Erasmus se situe entre 11 et 38% par rapport au semestre d'automne 2013, a indiqué mardi la Conférence des gouvernements de Suisse occidentale (CGSO).

La recherche est aussi touchée par la mise à l'écart du programme européen (ci-contre).

Baisse de 14% à l'EPFL

Même les Ecoles polytechniques fédérales de Zurich et Lausanne, jouissant pourtant d'une renommée internationale, sont touchées par les conséquences de l'acceptation de l'initiative de l'UDC "contre l'immigration de masse" le 9 février.

Le recul du nombre d'étudiants européens inscrits pour des séjours de mobilité se monte à respectivement 10% (EPFZ) et 14,4% (EPFL), indique la CGSO, citant les chiffres parus pour le début du semestre actuel.

Et de constater que la solution transitoire mise en place par le Conseil fédéral, finançant la mobilité entre les universités suisses et européennes, n'a pas permis d'éviter cette diminution.

ats/jgal

Publié Modifié

Moins de partenariats de recherche

Exclue également en partie du programme européen "Horizon 2020", la recherche suisse a vu le nombre de partenariats s'affaisser.

Les possibilités pour faire de la recherche, du développement ou de la formation sont ainsi restreintes, avec des conséquences sur le monde économique et les entreprises, souligne la Conférence des gouvernements de Suisse occidentale.

Et les gouvernements romands de plaider pour "le maintien de la libre circulation des personnes et des relations bilatérales avec l'Union européenne, seule voie à suivre".