Modifié le 29 septembre 2014 à 13:50

Une pétition demande au Conseil fédéral de taxer le "courant sale"

WWF et Pro Solar dénoncent le courant issu du charbon, du nucléaire ou de centrales à gaz.
Trois ONG déposent une pétition pour pénaliser l'électricité dite "sale" Le 12h30 / 2 min. / le 29 septembre 2014
Pro Solar, le WWF et Greenpeace demandent la mise en place d'un impôt sur les énergies issues du charbon, du gaz ou du nucléaire. Objectif de cette fiscalité incitative: favoriser les énergies renouvelables.

Pro Solar, le WWF et Greenpeace ont déposé une pétition munie de 30'000 signatures lundi à Berne demandant au Conseil fédéral de taxer l'électricité dite sale.

Il s'agirait de prélever un impôt sur les énergies issues du charbon, du nucléaire ou des centrales à gaz, qui représentent 50% de l'électricité consommée en Suisse, indiquent les trois organisations dans leur communiqué.

Pression sur le Conseil fédéral

Ces ONG veulent faire pression sur le gouvernement qui prépare la deuxième phase du tournant énergétique, sur la fiscalité. Elles souhaitent influencer le projet dans le sens d'une fiscalité incitative afin de favoriser le développement des énergies renouvelables.

Le message du Conseil fédéral sera transmis au Parlement au début de l'année prochaine.

Stéphane Deleury/dk

Publié le 29 septembre 2014 à 12:43 - Modifié le 29 septembre 2014 à 13:50