Modifié

Baisse du nombre d'étudiants européens dans les universités suisses

L'asymétrie s'installe: les Suisses sont de plus en plus nombreux à choisir un programme Erasmus, alors que les étudiants européens en Suisse se font plus rares. [Martin Ruetschi - Keystone]
L'asymétrie s'installe: les Suisses sont de plus en plus nombreux à choisir un programme Erasmus, alors que les étudiants européens en Suisse se font plus rares. [Martin Ruetschi - Keystone]
Conséquence du vote anti-immigration du 9 février, les universités suisses enregistrent une baisse du nombre d'étudiants européens de 10% à 40%, selon les informations du Matin Dimanche.

Le nombre d'inscriptions d'étudiants européens a baissé dans les universités suisses pour cette rentrée, affirme Le Matin Dimanche dans un état des lieux.

Cette diminution s'explique par le flou qui règne sur les programmes d'échange depuis la votation "contre l'immigration de masse" du 9 février dernier, selon le journal dominical.

Ainsi, les contingents d'étudiants européens ont fondu de 38% à l'Université de Fribourg, 33% à Genève, 14,8% à Neuchâtel et 11,4% à Lausanne.

La Suisse biffée des listes

Les écoles polytechniques suivent la même tendance, avec une baisse de 14,4% à Lausanne et 10% à Zurich. Seule l'Université de Zurich tire son épingle du jeu, avec une augmentation de 10%.

Vu les incertitudes quant au financement, certaines universités ont en effet biffé la Suisse de la liste des échanges.

L'intérêt des étudiants suisses pour les universités européennes ne s'est, lui, pas démenti, avec le nombre record de 2860 étudiants Erasmus en 2013. Lire: Nombre de participants record pour le programme Erasmus en Europe

kkub

Publié Modifié

Les responsables des échanges inquiets

Les responsables des relations internationales au sein des universités craignent pour l'avenir des échanges, basés sur la réciprocité: "On ne peut pas exclure des représailles de la part des Etats européens", affirme Marielle de Dardel, de l'Université de Fribourg.

Sont également source d'incertitude la capacité des étudiants européens à obtenir des bourses en dehors des programmes d'échange.