Modifié le 10 août 2014 à 10:59

Le président estonien agacé par la politique Suisse envers la Russie

Toomas Hendrik Ilves lors d'un discours au parlement européen en 2008.
Toomas Hendrik Ilves lors d'un discours au parlement européen en 2008. [AP Photo/Christian Lutz - ]
Le président estonien critique l'attitude de la Suisse envers la Russie dans le conflit ukrainien. Toomas Hendrik Ilves estime que la neutralité est aujourd'hui un "concept vide".

"Les réactions à l'annonce des sanctions prises par l'UE à l'encontre de la Russie n'ont pas été des plus favorables à la réputation de la Suisse en Europe", a déclaré le président estonien Toomas Hendrik Ilves à la "SonntagsZeitung".

La Suisse doit accepter d'être critiquée pour n'avoir adopté que ses propres sanctions afin d'obtenir des avantages dans le secteur bancaire, analyse le président du pays balte.

La neutralité "un concept vide"

Pour Toomas Hendrik Ilves, l'argument de neutralité avancé par Berne ne tient pas. "D'ailleurs, que peut bien signifier neutralité dans un conflit incessant comme celui en cours en Ukraine (...) Pour moi, le concept de neutralité n'a jamais été aussi vide qu'aujourd'hui", a-t-il assuré.

"Depuis l'initiative contre l'immigration (du 9 février, ndlr), on ne parle pas très bien de la Suisse en Europe de l'Est. Le résultat du scrutin était révoltant, pour le dire crûment", a-t-il rajouté.

ats/mre

Publié le 10 août 2014 à 10:50 - Modifié le 10 août 2014 à 10:59