Modifié

Echec de la vente des pièces utilisées pour promouvoir le revenu de base

Quinze tonnes de pièces de 5 centimes avaient été déversées sur la Place fédérale à Berne le 4 octobre 2013. Photo d'archives. [Peter Klaunzer - Keystone]
Quinze tonnes de pièces de 5 centimes avaient été déversées sur la Place fédérale à Berne le 4 octobre 2013. Photo d'archives. [Peter Klaunzer - Keystone]
La montagne de pièces de 5 centimes utilisées pour promouvoir l'initiative fédérale pour un revenu de base ne trouve pas preneur. Les initiants vont devoir les ramener à la BNS.

Quinze tonnes de pièces de 5 centimes avaient été déversées sur la Place fédérale à Berne en octobre dernier. L'événement très médiatique marquait le dépôt de l'initiative "pour un revenu de base inconditionnel pour tous". Mais la vente des huit millions de petites pièces jaunes - chambre forte comprise - est un échec.

"Nous sommes en train d'emballer les pièces dans des rouleaux", a déclaré Daniel Häni, du comité d'initiative, vendredi à la radio alémanique SRF."Nous avons dû prendre un crédit (ndlr: pour financer l'opération) et il faut le rembourser", a-t-il souligné.

Piécettes rapportées

Comme le délai de remboursement échoit et qu'aucun acquéreur n'a été trouvé, les piécettes doivent être rapportées.

"La Banque nationale nous a d'abord annoncés qu'elle ne reprenait pas les pièces. Pendant plusieurs jours, nous sommes restés assis sur environ 400'000 francs qui soudainement ne valait plus rien", raconte Che Wagners, un des initiants. Finalement, un accord a été trouvé.

ats/fxl

Publié Modifié

Quid de l'initiative

L'initiative a été déposée en octobre 2013. Elle demande d'accorder un revenu inconditionnel à tous, actifs ou non, permettant une existence économique digne. Ce revenu serait d'environ 2500 francs.

Chaque résident légal en Suisse le toucherait, riche ou pauvre. Il serait financé en grande majorité par une redistribution des aides sociales ainsi que par divers impôts. Le coût de ce dispositif qui a peu de chances de voir le jour est estimé à 200 milliards de francs par an.

La vente de la chambre forte permettrait de financer la campagne de votation, selon les voeux des initiants. Parmi ceux-ci figure notamment l'ancien vice-chancelier de la Confédération Oswald Sigg.

Pièces avec coffre-fort

Les intiants voulaient vendre les pièces avec un coffre-fort via une annonce sur une plateforme en ligne pour gens fortunés.

La chambre forte, construite en 1912 en acier et laiton et mesurant près de 9 mètres sur 5, reste à vendre pour trois millions de francs.

Sa vente permettrait de financer la campagne de votation, selon les voeux des initiants.

SRF précisait que l'offre avec un coffre-fort rempli restait toutefois encore en ligne pour la modique somme de 5 millions de francs tout compris.