Modifié le 08 mai 2014 à 20:27

Les partis bourgeois investissent la Place fédérale pour défendre le Gripen

Christophe Darbellay (PDC-VS), au centre, aux côtés de ses collègues des partis bourgeois pour défendre le Gripen sur la Place fédérale à Berne.
Christophe Darbellay (PDC-VS), au centre, aux côtés de ses collègues des partis bourgeois pour défendre le Gripen sur la Place fédérale à Berne. [Peter Klaunzer - ]
Les présidents des partis bourgeois ont organisé jeudi une manifestation de dernière minute à Berne pour rappeler leur soutien à l'achat des avions de combat Gripen, soumis au vote le 18 mai.

Au vu du sort incertain réservé au Gripen le 18 mai (voir les résultats du dernier sondage SSR), les présidents des partis bourgeois - à l'exception des Vert'libéraux - ont investi jeudi la Place fédérale pour rappeler leur soutien à l'achat de l'avion de combat.

"Halte à la polémique!", a lancé le président du PLR Philipp Müller. Selon lui, il faut poser les bonnes questions, à savoir est-ce que la Suisse a besoin d'un avion, ou le Gripen répond-il aux exigences ?

Indispensables selon Toni Brunner

Pour les chefs de l'UDC, du PBD, du PLR et du PDC, la réponse est clairement "oui". Ces 22 Gripen E, achetés pour 3,126 milliards de francs, sont indispensables pour garantir la sécurité aérienne de la Suisse, a martelé le président de l'UDC Toni Brunner.

Diverses polémiques ont émaillé la campagne comme l'idée que cet avion serait trop cher. "C'est simplement faux", a expliqué Martin Landolt du PBD. Christophe Darbellay (PDC/VS) a lui souligné qu'un refus enverrait un "signal fatal" pour l'armée.

ats/sbad

Publié le 08 mai 2014 à 11:38 - Modifié le 08 mai 2014 à 20:27

L'armée sollicite ses officiers pour le Gripen

L'armée aurait envoyé une lettre à ses cadres pour qu'ils fassent campagne pour le Gripen. Après les sociétés de tir, sollicitées pour poser des panneaux vantant le Gripen dans de nombreuses localités, c'est au tour de l'armée de faire appel à ses membres dans la dernière semaine de campagne avant les votations.