Modifié

Le syndicat Syna dénonce "l'explosion" du nombre de shops ouverts 24h/24

Un shop d'une station-service à Zurich. [Christian Beutler - Keystone]
Un shop d'une station-service à Zurich. [Christian Beutler - Keystone]
Environ 50 shops de stations-service sont ouverts 24h/24 depuis la votation du 22 septembre, a alerté lundi le syndicat Syna qui dénonce le manque d'encadrement de la libéralisation des horaires.

Syna sonne l'alarme: le nombre de shops de stations-service autorisés à rester ouverts 24h/24 a explosé. Au lieu des 24 établissements dont parlait le Conseil fédéral durant la campagne de votation, le syndicat évoque le chiffre de 50, a-t-il annoncé lundi dans un communiqué. Il  avait déjà critiqué l'opacité du changement de loi durant la campagne.

Après la votation, le syndicat a réclamé des précisions sur la mise en application de la loi au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Ce dernier ne voit pas de nécessité d'agir et a botté en touche, renvoyant aux cantons.

Contrôle insuffisant

Un tour d'horizon des cantons effectué par Syna a révélé qu'environ 50 magasins de stations-service restent désormais ouverts 24h/24, dont 30 dans le seul canton de Genève. Les cantons des Grisons, de Soleure et du Tessin n'ont pas encore répondu.

De plus, l'enquête a permis de montrer que seuls certains cantons disposent de mécanismes de contrôle.

ats/jgal

Publié Modifié

Manque d'encadrement

Pour contrer les éventuels abus, les cantons renvoient à l'inspection du travail et aux communes concernées. Un manque d'encadrement que Syna explique par le fait que la nouvelle loi ne prévoit pas d'autorisation cantonale obligatoire pour les stations-service ouvertes 24h/24.

Seuls les cantons ayant introduit des horaires limités d'ouverture des commerces ou des lois restrictives concernant le travail de nuit peuvent ainsi protéger le personnel, poursuit le syndicat, qui se montre déçu de l'attitude des différentes autorités sur la question de l'autorisation du travail de nuit.