Modifié

Les fidèles catholiques s'écartent de la doctrine officielle, selon un sondage

Une étude de la conférence des Évêques suisses révèle une mentalité progressiste chez nos fidèles [RTS]
Une étude de la conférence des Évêques suisses révèle une mentalité progressiste chez nos fidèles / 12h45 / 3 min. / le 4 février 2014
Selon un sondage mandaté par la Conférence des évêques suisses, les catholiques sont en désaccord avec leur hiérarchie sur les questions relatives au couple, à la sexualité et à la contraception.

Les catholiques suisses se montrent sceptiques face à certaines doctrines officielles de l'Eglise. Les critiques se concentrent sur les questions liées au couple, à la sexualité et à la contraception, selon un sondage mandaté par la Conférences des évêques suisses publié mardi.

Une grande majorité des fidèles s'oppose à la doctrine officielle en matière de sacrement pour les couples divorcés et remariés. Environ 90% des 23'600 sondés souhaitent une acceptation de ces couples par l'Eglise, écrit l'Institut de sociologie pastorale suisse (SPI), responsable du sondage.

La question des couples homosexuels

La reconnaissance des couples homosexuels remporte aussi l'adhésion de 60% des sondés. On constate cependant une plus forte polarisation sur ce sujet, entre un net rejet et une claire approbation, selon le SPI.

La question de la contraception révèle quant à elle "le désaccord dramatique et connu de longue date" entre la doctrine de l'Eglise, qui rejette le préservatif et la pilule, et la pratique des fidèles.

ats/rber

Publié Modifié