Modifié le 24 janvier 2014

Langue, formation, mobilité, religion: les derniers chiffres de l'OFS

8 millions d'habitants en Suisse, c'est un répit pour les assurances sociales, mais c'est une pression supplémentaire sur les infrastructures, les logements ou les assurances sociales.
La population suisse est de plus en plus diversifiée. [Laurent Gillieron - ]
Le plurilinguisme progresse, les habitants sont mieux formés, les grandes religions perdent du terrain: voilà les principales conclusions du dernier relevé structurel de la population suisse publié vendredi.

L'Office fédéral de la statistique (OFS) a publié vendredi toute une série de chiffres issus du dernier relevé structurel du recensement fédéral portant sur 2012. Les principaux thèmes concernés sont présentés ci-dessous.

LANGUE

En 2012, 64,9% des personnes domiciliées en Suisse et âgées de plus de 15 ans citaient l'allemand ou le dialecte alémanique comme langue principale. Le français atteignait 22,6%, l'italien 8,3% et le romanche 0,5%.

Cette répartition est assez stable depuis 40 ans. En revanche la part des personnes dont la langue principale est étrangère a fortement augmenté.

Le plurilinguisme s'est aussi renforcé: 42,2% des habitants s'exprimaient habituellement dans plus d'une langue, que ce soit à la maison, au travail ou dans leur lieu de formation. Outre les langues nationales, l'anglais et le portugais sont les idiomes les plus cités.

- les chiffres détaillés

________________________________________________________________________

FORMATION

En 2012, 26,5% de la population était en possession d'un diplôme d'une école supérieure ou d'une formation professionnelle supérieure, contre 24,6% en 2010. Parallèlement, la part de la population avec une formation achevée du degré secondaire II (apprentissage ou gymnase) a elle reculé de 47,3 à 46,5%. Les personnes sans formation après l'école obligatoire étaient 25,4%, contre 26,6% en 2010.

Chez les hommes, 32,2% avaient accompli une haute école ou une formation professionnelle supérieure, contre 21,1% des femmes. L'OFS explique cette différence par le niveau de formation comparativement bas chez les femmes des générations plus âgées. Chez les jeunes générations, les deux sexes sont presque à égalité.

- les chiffres détaillés

________________________________________________________________________

MOBILITE ET TRAVAIL

Pratiquement la moitié des pendulaires suisses se rendent à leur travail en voiture. En 2012, ils ont été 1,877 million sur un total de 3,69 millions à utiliser ce moyen de locomotion. Suivent le chemin de fer (590'518 pendulaires), la marche à pied (337'243 personnes), le bus (325'000), le vélo (222'485) puis le deux-roues motorisé (63'807).

Dans les transports publics, à l'exception du train où la proportion entre genres est pratiquement égale, une nette majorité des pendulaires sont des femmes. A l'inverse, elles ne sont que 793'000 à prendre la voiture, pour 1,09 million d'hommes.

- les chiffres détaillés

________________________________________________________________________

RELIGION

En 2012, 1,8 million de personnes âgées de plus de 15 ans étaient réformées. L'Eglise réformée représentait 26,9% de la population, contrer 34% en 2000. La religion majoritaire étaient l'Eglise catholique romaine, avec 2,5 millions d'ouailles (38,2% contre 42,3% en 2000).

Les deux grandes Eglises nationales ont cédé des parts à d'autres communautés chrétiennes (5,7% de la population) et aux sans confession (21,4%). Les musulmans représentaient quant à eux 4,9% de la population (3,6% en 2000) et la communauté juive est restée stable à 0,3%.

- les chiffres détaillés

ats/dk

Publié le 24 janvier 2014 - Modifié le 24 janvier 2014

Le nouveau recensement

Depuis 2010, le relevé structurel du recensement fédéral de la population repose sur un échantillon comptant au moins 200'000 personnes, soit 2,7% de la population résidante.

Les cantons et les villes peuvent élargir l'échantillon sur leur territoire. Au total, quelque 320'000 habitants âgés d'au moins 15 ans ont été interrogés.

De 1850 à 2000, l'ensemble de la population devait remplir un questionnaire très détaillé tous les dix ans.