Modifié le 11 octobre 2013 à 11:50

Le surpoids ou l'obésité touche plus de quatre Suisses sur dix

La part des personnes en surpoids ou obèses augmente avec l’âge: à partir de 35 ans la moitié des hommes sont concernés.
La part des personnes en surpoids ou obèses augmente avec l’âge: à partir de 35 ans la moitié des hommes sont concernés. [ - Fotolia]
Surpoids et obésité continuent de progresser en Suisse, selon un rapport de l'OFS publié jeudi: en 2012, 41% de la population - 51% des hommes - présentaient un indice de masse corporelle excessif.

Malgré une amélioration des comportements en matière de santé (voir ci-contre), le surpoids continue de progresser en Suisse. Ainsi, la part des personnes en excès de poids ou obèses a progressé de 11 points depuis 1992 et atteint 41% de la population en 2012, selon le rapport sur la santé de l'Office fédéral de la statistique (OFS) publié jeudi.

Le surpoids ou l'obésité concerne même plus d'un homme sur deux (51%), contre un tiers chez les femmes (32%). La différence entre les sexes est moins marquée concernant la seule obésité (11% contre 9%).

Deux fois plus d'obèses qu'il y a 20 ans

Pour ce qui est de l'obésité uniquement, la proportion a presque doublé depuis 1992: elle est passée de 6% à 11% chez les hommes et de 5% à 9% chez les femmes. Les 15–24 ans sont particulièrement concernés par cette évolution, note l'OFS.

asch

Publié le 10 octobre 2013 à 12:28 - Modifié le 11 octobre 2013 à 11:50

Quand est-on en surpoids?

Les chiffres se basent sur l’indice de masse corporelle (IMC), calculé en divisant le poids (en kilos) par la taille
(en mètres) au carré. Selon les seuils de l’OMS, on parle de surpoids pour un IMC égal ou supérieur à 25 et
d’obésité pour un IMC égal ou supérieur à 30.

Une étude tous les cinq ans

L'enquête sur la santé est réalisée tous les cinq ans depuis 1992 auprès d'un échantillon de personnes résidant en Suisse. Pour l'étude 2012, quelque 21'500 individus ont été interrogés.

Le surpoids et l'obésité, qui s'étaient stabilisés en 2002 et 2007, sont repartis à la hausse en 2012, selon le 5e rapport sur le sujet.

Les comportements s'améliorent

Les comportements de la population en matière de santé se sont améliorés en Suisse ces dernières années. Ainsi, près de trois personnes sur quatre avaient en 2012 une activité physique suffisante, soit 10 points de plus qu'en 2002. Parallèlement, 83% des interrogés qualifient leur état de santé de "bon" à "très bon".

Un tiers des Suisses disent toutefois avoir un problème de santé à longue durée. Un quart de la population est limitée dans les activités de la vie quotidienne depuis au moins six mois.

L'alimentation dans la ligne de mire

"On bouge un peu plus, mais ce n'est pas suffisant", a affirmé Pascal Strupler, directeur de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), en réaction à l'étude. Les experts n'étaient pas en mesure d'expliquer la brusque hausse du surpoids, qualifiée de "surprenante".

"Il y a maintenant des études à faire pour savoir pourquoi", a fait remarquer l'OFSP. Les efforts de prévention vont se concentrer sur l'alimentation des Suisses, composante "essentielle".