Modifié le 29 janvier 2014 à 11:41

Des cantons réclament des tests ADN pour les demandeurs d'asile

La commune de Hauterive va fournir un cantonnement militaire pour requérants d'asile.
Quelque 5730 demandes d'asile d'Erythréens sont actuellement en cours d'instruction. [Peter Schneider / Keystone]
Des cantons demandent des tests ADN systématiques pour les demandeurs d'asile, notamment érythréens, qui veulent faire venir des membres de leur famille, selon la Schweiz Am Sonntag.

Iris Rivas, responsable des services de migration du canton de Berne, propose que la Suisse effectue systématiquement des tests ADN pour des personnes venant de pays où les papiers d'identité sont facilement falsifiables, selon le journal Schweiz Am Sonntag.

Pour Iris Rivas, "des papiers d'identité ou des extraits d'actes de naissance doivent être considérés comme suspects", lorsqu'ils sont présentés par les personnes voulant bénéficier du regroupement familial.

La responsable a reçu le soutien de son collègue du canton de Lucerne, Alexander Lieb.

Les Erythréens en ligne de mire

Les Erythréens sont particulièrement visés: ils représentent en effet le groupe le plus nombreux parmi les personnes souhaitant obtenir l'asile en Suisse, avec quelque 5730 demandes en cours d'instruction.

En outre, les Erythréens demandent plus que les autres demandeurs d'asile à faire venir leur famille en Suisse au titre du regroupement familial, ajoute le journal. Ainsi, au 1er semestre, quelque 922 membres des familles de ces personnes ont obtenu l'asile en Suisse.

afp/hend

Publié le 18 août 2013 à 20:40 - Modifié le 29 janvier 2014 à 11:41