Modifié

L'obligation du service militaire soumise au verdict des urnes

Christian Beutler [Keystone]
Christian Beutler [Keystone]
Le 22 septembre, les Suisses se prononceront sur l'initiative qui vise l'abrogation du service militaire obligatoire. Les partisans évoquent un "gaspillage inutile" et les opposants se raccrochent à la tradition.

L'initiative du Groupement pour une Suisse sans armée demande l'abrogation du service militaire obligatoire pour les hommes, estimant que l'armée doit se composer d‘hommes et de femmes qui accomplissent leur service militaire à titre volontaire. Le Service civil doit également devenir volontaire.

Contre un gaspillage inutile

Accepter l'initiative dans les urnes permettra de mettre fin au "gaspillage inutile d'argent" par l'armée de milice suisse, a plaidé le comité d'initiative qui estime que le budget annuel de l'armée avoisine les 4,5 milliards de francs, sans compter les 4 milliards de francs que coûtent les jours de service à l'économie.

De plus, selon les initiateurs, l'armée de milice suisse est "inapte" à répondre aux besoins actuels du pays.

Pour le maintien de la tradition

Parmi les opposants, plusieurs partis se sont montrés favorables à une évolution de l'institution militaire, mais ils estiment que la méthode proposée est trop radicale. La crainte de ne pas voir assez de volontaires se présenter au recrutement a également constitué un argument de poids contre l'initiative, tout comme la volonté de maintenir une tradition.

Le comité d'opposition affirme aussi que cette initiative pourrait mettre en péril la sécurité de la Suisse.

Victorien Kissling

Publié Modifié

Les mots d'ordre

Hormis le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), auteur du texte, le comité d'initiative se compose du PS, des Verts, des Jeunes Verts, des organisations männer.ch et cfd (féministe), ainsi que de l'association zivildienst.ch.

A l'inverse, le Conseil fédéral et le Parlement recommandent de rejeter l'initiative. Le Conseil national a rejeté l'initiative par 128 voix contre 57 et 4 abstentions, le Conseil des Etats par 32 voix contre 8 et 2 abstentions.

De même, l'UDC, le PLR, le PDC et les Vert'libéraux rejettent le texte.

Plusieurs votes dans le passé

Ce n'est pas la première fois que les Suisses se prononcent sur un changement dans l'armée. Le 2 décembre 2001, 78,1% des citoyens refusaient l'initiative populaire "pour une politique de sécurité crédible et une Suisse sans armée", également lancée par le Groupement pour une Suisse sans armée.

Une année plus tôt, le 26 novembre 2000, ils étaient 62,4% à rejeter l'initiative "économiser dans l'armée et la défense générale - pour davantage de paix et d'emplois d'avenir (initiative en faveur d'une redistribution des dépenses)".

Toujours sous l'égide du GSsA, la Suisse rejette le 26 novembre 1989 l'initiative "pour une Suisse sans arme et pour une politique globale de paix".