Modifié le 31 juillet 2013 à 17:40

L'initiative pour un revenu de base aurait abouti

Des manifestants ont milité à Berne le 23 janvier 2012 pour l'instauration d'un salaire de base.
Des manifestants ont milité à Berne le 23 janvier 2012 pour l'instauration d'un salaire de base. [Lukas Lehmann - ]
L'initiative "Pour un revenu de base inconditionnel" aurait recueilli plus de 130'000 signatures selon ses promoteurs. Le peuple va donc être amené à se prononcer.

Le peuple décidera probablement d'accorder ou non à toute personne un revenu de base inconditionnel, qu'elle travaille ou pas. L'initiative du même nom - "Pour un revenu de base inconditionnel" - a abouti, selon ses auteurs.

Au total, plus de 130'000 signatures ont été récoltées, ont annoncé les initiants mercredi, dont 103'641 ont déjà été certifiées. Le délai pour recueillir les 100'000 signatures nécessaires échoit le 11 octobre seulement, mais le comité d'initiative entend les déposer le 4 octobre.

2500 francs par mois

L'initiative demande que chaque personne, active ou non, et vivant légalement en Suisse touche une certaine somme. Le montant et son financement devront être fixés dans la loi par le Parlement. Les initiants mentionnent toutefois 2500 francs par mois pour les adultes et 625 francs pour les moins de 18 ans.

Les personnes qui travaillent auraient autant d'argent en poche que maintenant: 6000 francs versés par l'employeur par exemple se composeraient nouvellement de 2500 francs de revenu de base plus 3500 francs de salaire.

ats/fb

Publié le 31 juillet 2013 à 17:33 - Modifié le 31 juillet 2013 à 17:40

La crainte d'attirer des migrants

Les initiants sont conscients que le revenu de base peut attirer des migrants, avaient-ils annoncé lors du lancement de l'initiative au printemps 2012. Pour éviter les problèmes, il faudra fixer des conditions-cadre.

L'idée est de donner la possibilité à tout le monde de s'engager comme il l'entend, dans le social ou dans la culture par exemple. Le travail non rémunéré aujourd'hui, comme les soins prodigués aux proches, serait payé.