Modifié

Les CFF avaient évité de justesse un accident comme celui de Galice

Train CFF.  [Sigi Tischler - Keystone]
Train CFF. [Sigi Tischler - Keystone]
En 2010, un train des CFF avait frôlé la catastrophe en amorçant un virage à une vitesse excessive. Le président du Syndicat suisse des mécaniciens de locomotive s'en est expliqué au Tagesanzeiger.

L'accident ferroviaire qui a eu lieu mercredi soir en Galice aurait tout aussi bien pu se passer en Suisse. C'est ce qu'a affirmé le président du Syndicat suisse des mécaniciens de locomotive Hubert Giger, lors d'une interview au Tagesanzeiger.

Les faits remontent au 19 août 2010:  un Intercity des CFF parcourant la ligne Zurich-Genève a failli connaître un sort similaire à celui du train déraillé en Espagne. L'IC 722, qui roulait à une vitesse de 140 km/h sur un tronçon limité à 95 km/h, a réussi de justesse à négocier un virage dangereux au sortir de la gare de Vauderens (FR).

Système de contrôle mal calibré

Les trains à deux étage risquent le déraillement dès que la vitesse autorisée est franchie de 20 à 30%, selon Hubert Giger. La courbe de Vauderens présente en outre des similitudes avec celle de St-Jacques de Compostelle: "en cas d'accident, il y aurait eu des dizaines de morts", estime le président.

S'il existe bien un système de contrôle de vitesse pour différents endroits délicats, les conducteurs syndiqués ont indiqué qu'il était mal calibré sur le tronçon en question. Les CFF en ont depuis rectifié la programmation.

Lire aussi Près de 80 morts dans l'accident de train en Espagne

kkub

Publié Modifié